Les Tunisiens ont couru après le score durant toute la partie qui les a opposé au Cameroun, ce lundi, en quarts de finale de la CAN 2008. Ils ont arraché les prolongations mais n’ont pu dominer les Lions Indomptables, qui l’emportent finalement 3-2. Les coéquipiers d’Eto’o retrouveront Michael Essien et le Ghana au tour suivant.


Engagé, le quart de finale de la Coupe d’Afrique des Nations entre la Tunisie et le Cameroun. Les Aigles de Carthage sont décidés à ne pas se laisser intimider par le physique impressionnant de leurs adversaires du soir, mais Nafti y va un peu trop fort, dès la 12e minute, face à Achille Emana, et écope du premier carton jaune de la partie. Les deux équipes se montrent volontaires et dangereuses en ce début de match mais c’est le Cameroun qui concrétise une légère domination, à la 18e minute, en inscrivant le premier but : sur un centre de la gauche d’Alexandre Song, M’Bia devance le gardien tunisien Kasraoui, dont la sortie est trop juste, et le trompe de la tête.

Une histoire de coup francs

La Tunisie n’a pas le temps de réagir que le Cameroun aggrave le score six minutes plus tard. L’ancien madrilène Geremi s’occupe de tirer un coup franc des 25 mètres, plein axe, et envoie le ballon dans les petits filets de Kasraoui, resté dans les starting-blocks. Sonnés, les coéquipiers du portier tunisien tentent de revenir vite en balançant de longs ballons que le Cameroun n’éprouve aucun mal à récupérer. A la 33e minute, ils obtiennent tout de même un coup-franc aux 25 mètres, sur la droite de la surface camerounaise, que Ben Saada se charge de tirer. L’attaquant bastiais arme et propulse le ballon de l’extérieur du pied gauche dans la lucarne de Kameni, battu.

Les Champions d’Afrique 2004 se réveillent enfin et ce sont désormais les Camerounais qui reculent. Ils ont l’occasion d’égaliser 5 minutes avant la pause lorsque Ben Frej, entré à la place d’Haggui, blessé, à la 39e, sert Santos dans la surface, mais la frappe puissante du Toulousain heurte la transversale. Ben Saada récupère le ballon et s’y essaye à son tour mais c’est maintenant Kameni qui le bloque sur sa ligne.

Stéphane M’Bia sur les traces de Samuel Eto’o

La quasi totalité de la seconde période est une course de la Tunisie après le score. Le Cameroun lui laisse le contrôle du ballon et n’attaque que par contre, avec de longs ballons vers ses attaquants, dont Eto’o, toujours dangereux, même seul au milieu de trois défenseurs. Alors que cette tactique dangereuse et surprenante paraissait payer, Ben Frej jette ses forces à dix minutes de la fin du temps réglementaire, sur l’aile gauche, déborde son défenseur et centre à ras de terre, en retrait, vers l’entrée droite de la surface de réparation camerounaise. Chikhaoui reprend d’une frappe décroisée, dans sa course et sans contrôle, et envoie le ballon sous la barre de Carlos Kameni. Les Aigles de Carthage tiennent cette égalisation jusqu’à la fin du temps réglementaire et décrochent des prolongations méritées.

Mais les coéquipiers de Chikhaoui débutent les prolongations comme ils avaient terminé la première période : en subissant. Et dès la 93e minute, sur une longue touche déviée de la tête, Mbia reçoit le ballon dans la surface et le reprend du droit. Kasraoui n’est cette fois pas à blâmer. Le gardien de l’Espérance de Tunis ne peut rien sur cette frappe éclaire du milieu rennais, qui avait opportunément refusé le remplacement sur blessure à la 55e minute. Il marque son deuxième but de la partie, celui qui qualifie les Lions Indomptables pour les demi-finales, jeudi prochain, face au Ghana.