Les Centrafricains ont finalement eu raison sur l’équipe algérienne égale à elle-même. Lors de cette rencontre des éliminatoires à la CAN 2012, les Fauves ont dompté les Fennecs sur un 2-0 qui ne souffre guère de contestation. Après le nul face à la Tanzanie (1-1), c’est mal parti pour la Khadra.


De notre correspondant

Le nouveau coach algérien, Abdelhak Benchikha, n’a pas réussi son baptême de feu, ce dimanche à Bangui, où ses poulains ont été défaits par leurs homologues centrafricains avec l’art et la manière (2-0). Ce ratage du deuxième match des éliminatoires de la CAN 2012, contre la modeste équipe centrafricaine au stade Barthélemy de Bangui, compliquera la tache des camarades de Madjid Bougherra, tenus de se transcender lors de leurs prochaines sorties.

Les premières minutes de jeu ont vu les Fauves multiplier des incursions, transperçant facilement une défense fébrile mais pourtant composée des éléments majeurs, comme le « Magic » Bougherra et Nadir Belhadj. Le gardien M’Bolhi, l’a, à maintes reprises, vérifié à ses dépends, lui qui a étalé toute sa classe pour mettre hors danger des actions adverses. Les protégés du Français Jules Accorsi, qui sont entré dans le vif du sujet dès le coup d’envoi, ont fini par avoir raison de leurs vis-à-vis algériens, incapables de faire la différence, malgré le capital expérience dont jouissent les Antar Yahia, Nadir Belhadj, Medjani, Madjid Bougherra, Hassan Yebda, Mehdi Lacen et autres Djamel Abdoun…

Bousculés et acculés dans leur camp, les mondialistes algériens ont excellé dans un jeu décousu en multipliant des maladresses à l’approche de la surface de vérité. La seconde période était à l’avantage des locaux qui ont pris les choses en main.

Le nul arraché lors de leur première sortie contre le Maroc est loin, donc, d’être un simple hasard. Eux qui ont réussi à inscrire deux buts, coup sur coup par Audin Boutou (81e) et Kéthévoama Therence (86e), laissant les Algériens constater les dégâts surclassent leurs vis-à-vis et prennent une sérieuse option pour la qualification.

Les Marocains qui reviennent de Tanzanie avec les trois points dans les bagages partagent la première loge avec les Centrafricains qui ont démontré tout leur savoir faire lors d’une rencontre, qui semblait pourtant, sur le papier, acquise aux Fennecs. Avec un seul point dans les valises, les poulains de Benchikha auront du pain sur la planche face aux Marocains qui gagnent de plus en plus en expérience et en maturité. La déception était à son summum dans le camp algérien au sifflet final et les joueurs n’ont à s’en prendre qu’à eux-mêmes puisque le score aurait pu être lourd sans que personne ne trouve à redire.