Très ému par l’accueil que lui a réservé la population, Zinédine Zidane, en visite en Algérie, a tenu mardi une conférence de presse. L’ancien footballeur international a répondu aux questions que les journalistes lui ont posées sur ses retouvailles avec le pays dont il n’avait pas foulé le sol depuis 20 ans, la Kabylie, sa reconversion et son implication dans le football algérien.


Emu et satisfait de l’accueil qui lui a été réservé, Zinedine Zidane qui a animé une conférence de presse hier à l’hôtel El-Djazaïr, a indiqué qu’il a senti « cette chaleur de la part du peuple algérien à mon égard ». « D’ailleurs, a-t-il dit, j’ai tenu à ce que mon père et ma mère ainsi qu’un de mes quatre frères m’accompagnent en Algérie. Croyez-moi, j’avais tellement envie de revenir, après 20 ans, car cela me rappelle des souvenirs d’enfance très forts». Zidane s’est également dit «heureux» pour le bonheur qu’il apporte au peuple algérien. Il a fait savoir qu’il n’avait pas effectué de visite en Algérie auparavant «en raison de son emploi du temps». Il a également évoqué son voyage à Béjaïa où il souhaite «manger du pain kabyle et du poivron». Il a même répondu à une question posée en kabyle signifiant au journaliste, auteur de la question, «qu’il comprend le kabyle, mais ne le parle pas».

Sa priorité : aider les enfants

Evoquant ses différentes tournées à Alger et Boumerdès, il a indiqué « qu’il privilégie l’action envers l’enfance» précisant que le plus important «c’est la santé». Plein d’humilité, les actions qu’ils mènent ne sont pas celles de Zidane mais, a-t-il précisé, «des actions de la Fondation France 98 qui regroupe les footballeurs français de 96 à 2000». « Pendant ces deux jours d’émotion et d’admiration on a pu inaugurer plusieurs installations, car il est utile d’aider les gens ». Dans le même ordre d’idées et à propos des spots publicitaires tournés pour une entreprise implantée en Algérie, il a souligné qu’il n’a pas fait cette publicité « pour m’enrichir, cet argent est resté en Algérie pour financer une fondation ».

Interrogé sur la Kabylie et le village de ses parents, il dira « qu’il y a des actions et des projets mais il est encore très tôt d’en parler ». Toutefois, Zidane est resté perspicace quand il s’est s’agi de répondre à une question en relation avec l’amazighité : « Je suis là pour parler du sport et je ne quitterai pas ce terrain ». Pour ce qui est de l’audience que lui accordera aujourd’hui le président Bouteflika, il a indiqué que « c’est un privilège d’être reçu par le président de République ». Zidane souhaite voir l’Algérie disposer d’une équipe de football comme celle de 1982. « J’aimerai bien voir l’équipe d’Algérie dans des compétitions mondiales comme la Coupe du monde ou la CAN ». Cela l’a amené à évoquer le match France-Algérie, affirmant qu’il est désolé pour les Algériens que ce match ne soit pas allé jusqu’au bout. «Il n’y a pas eu en fait d’incident. Les gens de banlieue qui étaient rentrés sur le terrain voulaient s’amuser», a-t-il précisé.

Zidane qui a évacué une question d’une journaliste italienne sur Materazzi, a fait savoir qu’il a émis le vœu de visiter le stade du 5 Juillet qui représente beaucoup pour l’Algérie. « J’y serai jeudi ». Il a également démenti les informations selon lesquelles il aurait été convoqué en équipe d’Algérie. «J’ai fait toutes les catégories en équipe de France des minimes aux seniors».

Kamel Mohamed, pour Le Quotidien d’Oran