Le nouveau sélectionneur de l’Algérie, Lucas Alcaraz, entend commencer en douceur. L’Espagnol s’en remet à sa Fédération pour le choix de son adjoint local et il consulte également l’instance pour choisir ou pas de faire déménager les Fennecs de Blida.


Nommé sélectionneur de l’Algérie le mois dernier à la surprise générale, Lucas Alcaraz n’entend pas faire de vagues. Ainsi, le technicien espagnol s’en remet à son employeur, la Fédération algérienne (FAF), pour deux des grandes questions qui occupent le début de son mandat : le choix d’un adjoint local et le lieu de domiciliation des matchs des Fennecs.

« Le renforcement du staff technique par deux techniciens locaux : entraîneur adjoint et entraîneur des gardiens est du ressort exclusif de la FAF, rien n’a été décidé en ce sens. Je suis prêt à accepter n’importe quelle décision et les noms qui vont intégrer le staff technique, mais au jour d’aujourd’hui je ne connais pas encore l’identité de ceux avec qui je mènerai ma mission« , a expliqué l’ancien coach de Grenade auprès de l’APS. Les noms de Kheireddine Madoui, en fonction à l’ES Sétif mais prêt à collaborer, et d’Anthar Yahia, directeur sportif à l’US Orléans, circulent notamment pour le poste d’adjoint. L’heureux élu devra collaborer avec l’autre fidèle adjoint d’Alcaraz, Jesus Canadas, et Miguel Angel Campos, le préparateur physique.

Alcaraz en tournée européenne

Concernant le choix du stade appelé à accueillir les Verts, le coach de 50 ans ne veut rien imposer. « Entre le stade de Blida (forteresse imprenable de l’Algérie depuis 2008, ndlr) et le 5 Juillet (plus moderne et situé à Alger, ndlr), c’est tout le monde qui doit être impliqué dans ce choix : responsables de la FAF, techniciens de la Direction technique nationale (DTN) et les joueurs« , a-t-il plaidé. « Pour moi, l’idée est de ne pas se focaliser uniquement sur ces deux stades, mais le plus important est de permettre à tout le monde à travers le pays de voir leur sélection de plus près. »

En prévision du match amical face à la Guinée début juin et surtout de la 1ère journée des éliminatoires de la CAN 2019 contre le Togo (9-11 juin), l’Ibère continue son travail de supervision des joueurs. « J’aimerais rencontrer tous les joueurs évoluant en Europe, mais ça ne sera pas possible, faute de temps. Je vais tenter de voir le maximum d’éléments. Je vais leur présenter notre feuille de route, notre projet en sélection. Nous allons faire en sorte que notre engagement soit collectif pour atteindre ensemble les objectifs assignés« , a expliqué Alcaraz, qui vient de mener son premier stage avec la sélection des locaux (A’).

« La prochaine date FIFA commence à partir du 5 juin, mais je vais essayer de convaincre les joueurs de venir un peu plus tôt pour nous permettre de travailler un peu plus et préparer cette rencontre importante dans les meilleures conditions« , a également glissé le technicien. Les internationaux désireux de marquer des bons points savent ce qu’il leur reste à faire !