La LFP a annoncé ce lundi la suspension du championnat algérien jusqu’à nouvel ordre après la mort tragique d’Albert Ebossé. L’instance demande aux clubs de s’équiper en moyens de surveillance.


Attendue au tournant, la LFP (Ligue de football professionnelle), a pris, lundi, la mesure que toute l’Algérie attendait après la mort tragique d’Albert Ebossé. Réunie en conseil d’administration exceptionnel, l’instance a annoncé la suspension de « toutes les rencontres officielles et amicales jusqu’à nouvel ordre » (la LFP gère uniquement les rencontres entre clubs professionnels).

La veille, la FAF (Fédération algérienne de football) avait décidé de suspendre l’ensemble des championnats (y compris amateurs) le week-end du 29 et 30 août afin de rendre hommage à Albert Ebossé.

Ces décisions apparaissent comme le strict minimum après le « crime » perpétré samedi, selon les mots mêmes de Mahfoud Kerbadj, le président de la LFP. Dans un communiqué, l’instance s’émeut de la « perte cruelle » d’Albert Ebossé, un attaquant qui « a donné de son mieux au football algérien« . La LFP « condamne avec la grande fermeté cet acte ignoble qui a terni l’image du football algérien« .

Equipements de surveillance

L’instance a par ailleurs confirmé la suspension du stade du 1er novembre de Tizi-Ouzou « jusqu’à achèvement de l’enquête entreprise par les autorités compétentes« . Si aucune durée de suspension du championnat n’a été évoquée, il semble au moins acquis que la phase retour aura lieu puisque la LFP « invite les clubs à se conformer au respect du cahier des charges, notamment l’obligation faite aux installations à se doter de moyens de surveillance. Cette opération doit s’achever avant le début de la phase retour« .

Est-ce que cela signifie que le championnat reprendra une fois les clubs équipes en moyens de surveillance ? Si c’est le cas, il n’est pas certain que cette mesure suffise à rassurer les joueurs, déjà nombreux à avoir fait part de leurs inquiétudes.

Vers l’exclusion de la JSK ?

L’instance a terminé par d’habituelles recommandations qui n’ont jusqu’à présent pas porté leurs fruits : « Le conseil d’administration invite tous les acteurs du Football algérien (firigeants, joueurs, presse nationale) à plus de retenue et de sagesse dans le traitement de ce drame qui a endeuillé tout le football algérien« . Il « appelle une nouvelle fois tous les acteurs du football algérien à se mobiliser pour mener le combat contre ce phénomène ; véritable danger pour la promotion du football national. »

Si le communiqué de la LFP, avant tout préoccupé par l’image du football algérien, ne se distingue pas par une humanité débordante, il confirme néanmoins les décisions prises par la FAF et la JSK : la famille d’Albert Ebossé recevra 100 000 dollars d’indemnité et les Canaris continueront à lui verser son salaire jusqu’à la date initiale de fin de son contrat. Les sanctions les plus sévères après le drame pourraient donc venir de la FAF qui n’exclut pas de prendre prochainement des « mesures plus coercitives qui peuvent entraîner l’exclusion du club fautif de toute compétition« .