Désireux de quitter son poste de sélectionneur de l’Algérie, Christian Gourcuff a obtenu gain de cause dimanche en rompant son contrat à l’amiable. Très apprécié par ses joueurs, le technicien français reconnaît cependant que la page n’a pas été facile à tourner. « Mon départ a constitué un crève-cœur. Il y avait une sensibilité partagée au niveau humain et sportif avec eux. De ce côté-là, oui, c’est un gâchis. Reste qu’on ne peut pas faire abstraction de tout un environnement. Les rassemblements, c’était toujours sympa et enrichissant. (…) Sur le plan relationnel et dans l’application à l’entraînement, c’était un régal. Malheureusement, je n’avais que trois entraînements lors de chaque rassemblement« , a expliqué le Breton dans les colonnes de L’Equipe. L’environnement autour de la sélection et le manque de prérogatives auront donc eu raison de l’attachement que l’ancien Lorientais porte à son groupe.