Samuel Eto’o est parti s’exiler à l’Anzhi Makhachkala. Un transfert surprise qui a pris pas mal de monde de court. Mais l’attaquant camerounais ne regrette rien. « Il était temps pour moi de repartir à l’aventure. J’avais besoin de ce virage à 90° pour me relancer et retrouver mes sensations de gamin, comme quand j’étais à Majorque et que je fonçais tête baissée pour un nouveau défi (…) Laissez-moi rêver ! Ce ne sera pas qu’une équipe montée à coups de millions, car ça ne fonctionnerait pas. Petit à petit, l’objectif va être d’amener ce club à plus de rigueur de professionnalisme et de constance. Forcément, on va avoir besoin de grands joueurs pour y arriver. Mais pas n’importe lesquels. J’en ai beaucoup qui m’appellent depuis quelques temps. Vous seriez surpris de leurs noms…, explique le capitaine des Lions Indomptables à France Football. Ici, rien n’est impossible. Le propriétaire peut acheter qui il veut. Mais il faut aussi donner envie de venir ici. Et ça, c’est une de mes missions. Mais je n’appelle pas directement les joueurs pour les sonder. Je réponds seulement à ceux qui veulent des précisions et je donne de temps en temps des pistes à Suleyman (Kerimov, le président, NDLR) et German (Tkatchenko, le bras droit de Kerimov). »

Le onze-type de l’ancien joueur du Barça et de l’Inter ressemblerait à ça: Valdes – Geremi, Puyol, Lucio, Evra – Messi, Iniesta, Xavi, Ronaldinho – Eto’o, Drogba