Entre la Coupe d’Afrique des Nations angolaise et la Coupe du monde sud-africaine, 2010 aura été l’année du football africain. Issa Hayatou, le tout puissant dirigeant de la CAF, se targue d’un bilan plus qu’honorable. « Forcément, je me permettrais d’associer la Coupe du monde à ce bilan car elle s’est déroulée sur notre continent. Vous vous souvenez de tout le scepticisme qui entourait cette Coupe du monde avant même qu’elle n’ait lieu. Finalement, la Coupe du monde s’est déroulée comme il se doit, dans une très bonne ambiance. Même si tout n’a pas été parfait à cent pour cent, les opérations se sont déroulées sans heurt. L’Afrique du Sud a présenté des infrastructures sportives qu’on ne trouve pratiquement pas dans les autres pays. L’Afrique du Sud a fait remplir les stades. Tout le monde imaginait que l’organisation allait capoter, surtout après l’élimination des Bafana Bafana mais il n’en a rien été, a-t-il expliqué à RFI. Les gens se sont mobilisés. Ils ont honoré l’événement et tout s’est déroulé dans de très bonnes conditions. Nous pouvons donc dire que cette Coupe du monde a honoré notre continent et a contribué à faire disparaître les préjugés que l’on a toujours envers nous. Quand on parle de l’Afrique, il y a toujours des préjugés défavorables. Mais cette Coupe du monde a démontré le contraire. Et au-delà de cette Coupe du monde, il y a des compétitions telles que la Ligue des champions, les éliminatoires de la CAN, les juniors, la CAN féminine qui font dire que le football africain a atteint un niveau de maturité qui honore le monde. Donc nous sommes fiers. »