A l’issue d’une réunion  organisée par  le Comité citoyen pour le redressement du football camerounais, lancé par Roger Milla et d’anciens internationaux, l’on annonce qu’un nouvel encadrement technique sera bientôt nommé à la tête des Lions Indomptables, « selon des instructions du chef de l’Etat. »


(De notre correspondant)

« Sous hautes directives du chef de l’Etat, des instructions ont été donné aux instances qui s’occupent de la gestion du football camerounais, de lancer un appel à candidature pour le recrutement d’un nouvel encadrement technique pour les Lions Indomptables. » Tel est le communiqué qui a sanctionné le huis clos organisé par les membres du Comité citoyen pour le redressement du football camerounais à l’issue d’une deuxième sortie médiatique. D’après le dit communiqué, le comité « a accueilli avec une grande satisfaction cette décision opportune, qui répond à l’un des objectifs qu’il s’est assigné. »

Ce comité citoyen, piloté de main de maître par l’ancien international camerounais, Roger Milla, va plus loin dans son texte et propose une liste d’entraîneurs locaux qu’il souhaiterait voir à la tête de l’équipe nationale. Jean paul Akono, Bell Joseph Antoine, Ekeke Eugène, Ndtoungou Mpilé, Nyonga Fréderick, Enow Ngachu, et bien d’autres sont cités dans cette liste. Plus loin, le comité précise qu’il va continuer à mener ce combat jusqu’à l’élection de nouveaux responsables à la tête de la Fecafoot.

Quid de l’équipe technique actuelle ?

Alors que tout portait déjà à croire que Denis Lavagne, sélectionneur actuel des Lions Indomptables n’allait pas faire long feu au sein de la Tanière, la postition du technicien français est encore plus fragilisée. Depuis son arrivée en octobre 2011, il n’a jamais paraphé un contrat avec la Fédération camerounaise de football et le ministère des Sports. Contrairement à ses prédécesseurs, accueillis en grandes pompes et payés gracieusement, Denis Lavagne, ancien entraîneur du Coton Sport de Garoua, selon certaines indiscrétions, ne bénéficie que d’un salaire mensuel de 8 millions de francs cfa ( environ 12 500 euros). Arrivé sur fond de polémique, compte tenu de son CV peu fourni et de son manque d’expérience, de nombreuses voix s’étaient alors faites entendre pour contester sa nomination.

Au mois d’avril, le Premier ministre avait écrit à la Fecafoot pour demander des éclaircissements sur les critères ayant motivé son recrutement. Après le scandale du voyage du ministre des Sports en France pour tenter de rencontrer certains ténors de l’équipe nationale, ce nouveau feuilleton  qui s’ouvre au sein des instances du football camerounais pourrait porter un coup dur à la sélection qui prépare des rencontres décisives, pour les 2 et 15 juin prochain.