Après avoir manqué le rendez-vous de la CAN 2012, les Ecureuils jouaient ce mercredi la manche aller du tour préliminaire de la CAN 2013 à Addis Abeba et s’en sortent avec un nul vierge. Face aux Antilopes d’Ethiopie, le spectacle n’a pas été fameux, côté béninois.


(de notre correspondant)

Les Ecureuils devront remercier Fabien Fanolle, gardien de but du Bénin et sociétaire de Clermont Ferrand, club de Ligue 2 française. Ce garçon n’aurait pas été aligné par le sélectionneur Manuel Amoros et le Bénin aurait déjà enregistré sa première défaite pour le compte de la campagne d’Afrique du Sud 2013. Etincelant, présent et vif, Fabien Fanolle l’a été dans la cage du Bénin en Ethiopie.

Positionné derrière des défenseurs jouant souvent à l’abonné absent, c’est le portier béninois qui est tout le temps venu sauver les meubles. Ces multiples parades de la première mi-temps ainsi que ces sorties souvent audacieuses de la deuxième période en disent long. En 90 minutes, les Ecureuils ont été transparents en défense, en milieu de terrain et en attaque. N’eût été quelques velléités offensives de Stéphane Sessegnon, le capitaine, le gardien des Antilopes éthiopiennes aura passé une après-midi de tout repos dans sa cage. Aucune véritable attaque placée ne peut être mise à l’actif des Ecureuils. Les rares coups de pieds arrêtés béninois ont été placés au moins à une vingtaine de mètres du but éthiopien et souvent bottés dans le mur.

Score intéressant !

Arracher un nul à l’étranger, c’est synonyme de bonne performance en sport surtout quand c’est en compétition de football. Les Ecureuils engrangent un point au cours des préliminaires de la CAN 2013 en Ethiopie. Ils pourront essayer de faire l’essentiel à domicile. A Cotonou pour la manche retour, ils ont les chances de qualification pour les éliminatoires intactes. Cependant, vu le spectacle offert à l’aller par l’Ethiopie, qui n’est pas un foudre de guerre, les Antilopes n’ont pas encore dit leur dernier mot. Elles sont capables de beaucoup de choses si leur sélectionneur travaille à corriger les énormes déchets qui émaillent leur jeu.

L’Ethiopie a les moyens de venir créer la surprise à Cotonou au match retour si Manuel Amoros ne fait rien de son côté pour relever le niveau de jeu de ses poulains. Ethiopie-Bénin : 0-0, score final parce que les Antilopes ont manqué de réalisme, d’adresse et ont présenté un foot brouillon. Néanmoins, pour le prochain duel Bénin-Ethiopie, prévu entre le 15 et le 17 juin, tout est encore possible des deux côtés. La balle est désormais dans le camp des deux sélectionneurs qui ont chacun du pain sur la planche.