Dimanche soir, lors du dernier match des éliminatoires de la CAN 2013, l’Algérie a décroché le dernier ticket qualificatif pour l’Afrique du Sud en battant la Libye (2-0). Déjà vainqueurs dans le temps additionnel (1-0) lors de la manche aller, les Fennecs se sont mis cette fois-ci à l’abri dans les premiers instants de la partie grâce à Soudani (4e) et Slimani (6e). Un succès qui envoie les hommes de Vahid Halilhodzic, absents de la dernière édition, pour la compétition qui aura lieu au mois de janvier en Afrique du Sud.


(De notre correspondant)

Le match retour comptant pour le dernier tour des éliminatoires de la CAN 2013 a drainé des milliers de supporters qui ont investi le stade Mustapha Tchaker plusieurs heures avant le coup d’envoi. Quelques incidents déplorables, s’étaient produits à l’extérieur de l’enceinte, avec des jets de pierre vers le parking des journalistes. Plusieurs voitures ont été d’ailleurs endommagées, alors que la crainte de voir la violence se propager à l’intérieur du stade était perceptible. Mais les services d’ordre ont veillé au grain et assuré la sécurité requise au bon déroulement de cette empoignade décisive pour les deux parties.

Celle-ci a démarré sur les chapeaux de roues avec le pressing des attaquants algériens pour empêcher leurs vis-à-vis de construire leur jeu. Les ruées de Islam Slimani et Hilal Soudani n’ont pas tardé à porter leurs fruits puisque c’est ce même Soudani, buteur à l’aller, qui a réussi à rééditer l’exploit et dévier de la tête le ballon au fond des filets sur un corner à la 4e minute de jeu. Une ouverture du score qui provoque l’euphorie des milliers des supporters. Le public s’attendait alors à un sursaut d’orgueil des visiteurs, mais deux minutes plus tard, (6e) en tentant d’intercepter le cuir, le gardien libyen a commis l’irréparable en laissant le ballon atterrir sur la tête d’Islam Slimani qui l’envoya mourir au fond des filets. Les libyens sont désarçonnés.

Une atmosphère toujours tendue

Les visiteurs se réveilleront par la suite pour marquer leur présence notamment au milieu de terrain où ils commencent à monopoliser le ballon. Mais la seule action ayant été à leur actif était le Coup franc à 23 mètres des buts de M’Bolhi. La frappe libyenne est contrée en corner par le mur algérien. Sur ce score l’arbitre siffla la fin de la première période. De retour des vestiaires, les camarades du capitaine Ahmad Saad ont tenté de rattraper le temps perdu en se ruant en attaque mais sans parvenir à inquiéter le gardien algérien, très serein dans sa cage. Après un carton jaune brandi par l’arbitre de la partie Ahmed Ossam à l’encontre d’un joueur libyen, les esprits s’échauffent et les Libyens menacent de quitter le terrain : la partie est arrêtée.

Les visiteurs se plaignent ensuite du laser utilisé par des supporters algériens et de propos insultants venant des tribunes. Les membres du staff technique libyen ont remué ciel et terre pour calmer leurs joueurs et les amener à de meilleurs sentiments pour continuer de jouer, ce que les acteurs du champ ont fini par accepter pour se relancer dans la bataille pour la qualification. Les capés de Halilhodži? faisaient alors d’un grand sens de réalisme et de responsabilité en cette fin de match décisive. Les joueurs algériens évitaient les contacts et les palabres inutiles pouvant causer des échaufourrées. La dernière action significative fut celle de la 93e, sur un coup franc Libyen à 21 mètre dans l’axe des buts de M’Bolhi. Le ballon percute la transversale et atterrit dans les pieds d’un Fennec qui éloigne le danger. L’arbitre du match siffle la fin de la partie sur cette action et envoie l’Algérie au 7e ciel.

 Le onze de départ algérien : Mbolhi – Mostefa, Belkalem, Medjani, Cadamuro – Guedioura, Lemmouchia – Feghouli, Kadir, Soudani – Slimani.

 Les buts du match