La Confédération Africaine de Football pourrait décider de réattribuer l’organisation de la CAN 2013 à cause du climat politique instable en Libye. L’Algérie serait alors prête à accueillir la compétition.


« Mon objectif: la CAN 2013« . Vahid Halilhodzic ne croyait pas si bien dire lors de son intronisation à la tête de la sélection algérienne. En effet, les Fennecs, quasiment éliminés de la course à la CAN 2012, pourraient être qualifiés pour l’édition suivante, décalée en 2013, en tant que… pays organisateur.

En effet, la situation politique en Libye est telle que l’incertitude plane atour de l’organisation de la Coupe d’Afrique, la première organisée une année impaire. La Confédération africaine de football est inquiète et, après l’Afrique du Sud, c’est au tour de l’Algérie de se porter candidat si la CAF décidait de retirer l’organisation de la compétition à la Libye lors de sa prochaine réunion, au mois de septembre.

Alger se tient prêt

« Nous sommes candidats. Cela pourrait nous aider dans notre course à la qualification pour la Coupe du monde 2014« , a a assuré à Afrik-foot Abdelkader Berdja, porte-parole de la fédération algérienne. A l’écouter, l’Algérie se tient prête: « Il faudra, évidemment, renouveler quelques stades et leur donner un coup de jeune mais nous avons de grandes et belles enceintes, de standing mondial. Idem au niveau des hôtels et des infrastructures. »

Mais les Fennecs ont un concurrent de poids puisque l’Afrique du Sud est également sur les rangs, au cas où la CAN 2013 serait déplacée. C’est ce qu’il s’était passé pour l’édition des moins de 20 ans, organisée en Libye mais qui s’est finalement tenue en Afrique du Sud, au début de l’année 2011. La nation arc-en-ciel a prouvé sa capacité de réaction en organisant au pied levé la compétition des U20 et démontré son savoir-faire lors de la Coupe du monde 2010.