Présent au Caire au Comité exécutif de la CAF, Issa Hayatou est revenu pour France 24 sur les modalités de l’organisation de la CAN 2015. Le président de l’instance assure que la 30e édition de la CAN aura bien lieu aux dates indiquées, entre le 17 janvier et 8 février 2015, en ajoutant que plusieurs pays ont fait acte de candidature.


Comprenez-vous la position du Maroc ?

Je ne peux pas comprendre cette décision (…) Nous avons été en contact avec la Fédération marocaine de football. Moi-même j’ai conduit une délégation au Maroc, nous avons beaucoup dialogué avec eux pour que la Coupe d’Afrique des nations, qui est quand même l’épreuve phare, ne puisse pas être reportée parce qu’il y va de la crédibilité de la Confédération. Ils ont naturellement mis en avant les risques d’Ebola, mais quand ont voit que le Maroc est en train d’organiser la Coupe du monde des clubs, 25 jours seulement avant la CAN, c’est argument qui est vite effacé. Tout ceci nous a amené à prendre cette décision et je comprends parfaitement la position de la Confédération et il fallait finir ce bras de fer avec la Fédération royale marocaine de football.

En vidéo : Issa Hayatou s’explique sur le non-report de la CAN

Le report demandé par le Maroc était-il impossible à accepter ?

Nous sommes en Afrique, nous connaissons notre continent mieux que quiconque. Une fois que l’on reporte une épreuve de ce genre, c’est tout le monde qui risque de s’engouffrer dans la brèche du report. Au final nous ne serons plus crédibles, nous ne pourrons plus organiser quoi que ce soit. On va heurter nos sponsors, on va heurter nos partenaires et c’est tout le monde qui aura des arguments comme « nous ne sommes pas prêts etc » et c’est la CAF qui va payer les pots cassés. Nous ne pouvons pas signer notre arrêt de mort car si nous reportons cette compétition, ce sera mortel pour le football africain. Or nous avons pendant 57 ans bâti cette maison qui aujourd’hui fait la fierté de tous les Africains. Ils ont cette fête tous les deux ans et il n’est pas question de laisser qui que ce soit détruire cette oeuvre que nous avons patiemment construite.

Que peut-on répondre à ceux qui se demandent où se jouera la compétition ?

Elle se jouera. Dans notre communiqué nous vous avons annoncé que nous avons reçu quelques sollicitations de Fédérations africaines. Elles sont arrivées hier (lundi, ndlr) et nous sommes entrés en contact avec les responsables de ces Fédérations pour définir les contours de cette organisation. Je ne peux pas encore vous dire où elle va se jouer, mais elle aura lieu.

Aux dates prévues ?

C’est ce que nous avons annoncé. La CAN doit absolument avoir lieu entre le 17 janvier et le 8 février. On a un problème avec les clubs français qui ne voudront pas libérer les joueurs si nous déplaçons cette Coupe d’Afrique des nations.

Ce sera une co-organisation ou y aura t-il un seul pays ?

N’anticipez pas… Vous avez attendu un mois déjà, vous pouvez encore attendre trois ou quatre jours, ne soyez pas pressés…