121e minute de jeu lundi soir lors du 8e de finale de la CAN 2019, Ghana-Tunisie (1-1, 4-5 tab). Alors que l’arbitre va siffler la fin de la prolongation et le passage à la séance de tirs au but dans quelques secondes, le sélectionneur des Aigles de Carthage, Alain Giresse, décide de tenter un pari en remplaçant son gardien Mouez Hassen par le suppléant Farouk Ben Mustapha.

«J’ai décidé de faire entrer Ben Mustapha car il est excellent sur les penalties», se justifiera plus tard le technicien français devant la presse. Sauf que cette possibilité n’a visiblement pas du tout été évoquée avec les gardiens avant le match. Dépité, Hassen n’en croit pas ses oreilles et il faut toute la force de persuasion de son coéquipier Ferjani Sassi, et de l’arbitre M. Gomes, qui lui a pris le ballon des mains, pour le forcer à sortir du rectangle vert.

Défendu par l’entraîneur des gardiens

Le gardien de Nice s’exécute finalement, non sans quelques gestes d’humeur, des insultes aussi sorties de sa bouche et sans doute destinées à son coach, et un regard noir lancé en direction probablement de Ben Mustapha. L’Azuréen doit à nouveau être calmé par plusieurs coéquipiers au bord du terrain. «La réaction de Hassen ? C’est compréhensible. C’est une réaction de quelqu’un qui a bien joué et qui tenait à disputer les tirs au but», a ensuite dédramatisé l’entraîneur des gardiens de la sélection tunisienne, Hamdi Kasraoui, pour Attessia.

Finalement convaincu de rester sur le banc alors qu’il voulait filer tout droit aux vestiaires, Hassen reviendra ensuite à de meilleurs sentiments une fois la frustration un peu évacuée et on le verra même applaudir Ben Mustapha après son arrêt sur le 3e tir ghanéen.

«Il faut qu’il présente ses excuses»

Fin de l’histoire ? Peut-être pas, car certains attendent des excuses, à l’instar de l’ancien gardien des Aigles de Carthage, Chokri El Ouaer (93 sélections) : «Ce qu’il a fait n’est pas normal. Il faut qu’il présente ses excuses. Je pense que le staff et les responsables de la FTF feront le nécessaire.»

Rappelons que cet épisode intervient dans un contexte particulièrement tendu concernant le poste de gardien en Tunisie puisque Ben Mustapha avait débuté le premier match de la CAN contre l’Angola (1-1) avant de perdre sa place suite à une erreur et qu’Hassen avait ensuite été titularisé et maintenu malgré sa bourde sur corner face au Mali (1-1) lors du second match. Pour éviter d’en arriver là, il aurait surtout fallu une meilleure communication avec les gardiens avant le match. Reste à savoir désormais qui démarrera dans le but tunisien lors du quart de finale jeudi contre Madagascar…