Lundi, le président de la Confédération africaine de football (CAF), Ahmad, a déclaré que le Cameroun, déchu du droit d’organiser la CAN 2019, va se consoler en accueillant l’édition 2021, initialement attribuée à la Côte d’Ivoire. Suite à cette annonce, les autorités ivoiriennes ont fait part de leur stupeur, affirmant ne même pas avoir été consultées, ce qui est totalement faux d’après le 2e vice-président de la CAF, Constant Omari.

« Par certains canaux, il y avait déjà des contacts officieux avec les deux pays, la Côte d’Ivoire et le Cameroun« , a assuré le Congolais sur les ondes de RFI. « A partir du moment où nous n’avions pas encore reçu le répondant de la Côte d’Ivoire, notre président Ahmad n’était chargé que d’annoncer la décision [concernant le retrait de la CAN 2019 au Cameroun, ndlr]. La nuit-même durant laquelle nous avons reçu la confirmation du Cameroun, le président a signé une lettre à l’attention du chef de l’Etat camerounais pour confirmer que les Camerounais avaient la CAN 2021. Vingt-quatre heures après, nous avons reçu le retour de la Côte d’Ivoire. Le dimanche [2 décembre], la lettre a été adressée à la Côte d’Ivoire. »

Le dirigeant a par ailleurs affirmé que la Côte d’Ivoire ne serait pas prête dans les temps et qu’il est préférable qu’elle patiente jusqu’à l’édition 2023.