L’Algérie s’est imposée mercredi face à la Roumanie (2-1), pour son dernier match de préparation à la Coupe du monde. Une rencontre entachée par de nombreux débordements de la part des supporters.


Une publicité dont l’on se serait passé volontiers… Si malgré sa victoire contre la Roumanie mercredi soir l’Algérie a montré qu’elle était encore en rodage à une semaine du coup d’envoi de la Coupe du monde 2014, ses supporters ont prouvé qu’ils ne sont clairement pas prêts. Du moins un partie d’entre eux, qui a failli gâcher la fête à Genève pour le dernier match de préparation des Verts.

Avec des tribunes très proches du terrain et sans barrière de sécurité, des débordements étaient craints par les autorités locales, qui ont longtemps tenté de faire délocaliser la rencontre, en vain. Les fans avaient donc là l’occasion de faire taire leurs détracteurs en ne faisant pas d’écarts dans les gradins : c’est raté !

Les premiers incidents, notamment l’utilisation de fumigènes ont fini par conduire Nikolaj Hanni, l’arbitre suisse, a interrompre le jeu deux minutes avant la pause, après le jet d’une bouteille de Yop et d’un briquet non loin de son assistant.

Les 22 acteurs revenant sur la pelouse près de 20 minutes plus tard pour disputer les deux minutes de temps réglementaire manquantes, avant de changer directement de côté pour disputer le second acte. Scène cocasse. Entre temps, Vahid Halilhodzic, le sélectionneur des Fennecs, aura dû se saisir du micro du stade pour appeler les supporters au calme.

Calme relatif car au coup de sifflet final marquant la victoire algérienne, la pelouse cette fois été envahie par des fans surexcités, poussant joueurs et staffs des deux équipes à très vite regagner les vestiaires. C’est finalement la mise en marche du système d’arrosage du terrain qui va finir par avoir raison des supporters.

Après leur victoire arrachée face aux Roumains, les poulains de Vahid Halilhodzic n’avaient pas besoin de ça. Surtout que ces débordements vont une fois de plus donner du grain à moudre à certains détracteurs et autres habitués aux discours aux relents nationalistes. A l’heure où certains préjugés ont encore la vie dure, ces énergumènes, par leur comportement, ont fait passer tous les fans pour des sauvages. L’Algérie n’avait vraiment pas besoin de ça.