Samedi à Calabar, l’Ethiopie affronte le Nigeria en barrage retour de la Coupe du monde 2014. En cas de victoire, les Antilopes Walyas seraient qualifiées pour la phase finale de la compétition. Ce qui serait une première pour le pays.


Dos au mur. Battue par le Nigeria en barrage aller de la Coupe du monde 2014 (1-2), l’Ethiopie est dans l’obligation d’aller s’imposer chez les Super Eagles ce samedi lors du match retour. Sans quoi, les Walyas seront éliminés de la course au Mondial. Une mission qui s’annonce difficile face au champion d’Afrique en titre, mais pas impossible pour leur sélectionneur, Sewnet Bishaw.

« Nous nous entraînons jour et nuit pour atteindre notre objectif. Il nous reste 90 minutes et nous allons nous battre à fond. J’ai confiance. Nous allons nous qualifier« , a assuré le technicien sur la site officiel de la FIFA. Une technicien qui pourra compter une nouvelle fois sur l’homogénéité de son groupe, qui est sans doute au sein duquel la cohésion est la plus forte.

La cohésion comme force

Pour preuve, parmi les 10 barragistes encore en lice, l’Ethiopie est la seule à compter la quasi-totalité de son effectif évoluant dans le championnat local. A l’exception de deux joueurs, tous sont dans les clubs locaux. Un avantage pour Sewnet Bishaw, qui peut disposer de son groupe selon sa volonté. Un avantage pour le technicien au moment d’organiser ses stages.

« Quand vous avez la moitié d’une équipe qui évolue à l’étranger, c’est beaucoup plus difficile, car chaque joueur a un style particulier en fonction du championnat où il évolue. Dans ces cas-là, c’est comme si vous aviez deux équipes, celle des expatriés et celle des joueurs qui évoluent au pays. Il est alors très compliqué de faire une équipe à partir de ces deux sources. Moi, je n’ai pas ce problème. Il m’est très facile de les réunir. Ils se connaissent tous très bien et pensent comme un groupe. Ça explique beaucoup la réussite de notre équipe« , a expliqué Bishaw, comme recette des récents succès de son équipe.

Kebede rétabli

Dans l’obligation de s’imposer à Calabar, l’antre des Super Eagles où l’équipe a posé le pied depuis jeudi, l’équipe a vu une bonne nouvelle lui parvenir au sujet de l’état de santé de Getaneth Kebede. Blessé lors du match aller, le milieu de terrain est totalement remis et pourra tenir sa place face aux Super Eagles. Un atout de plus pour les Antilopes Walya, qui récupèrent ainsi leur meilleur buteur, déjà auteur de quatre lors des éliminatoires.

Ce vendredi, l’équipe a prévu une séance d’entraînement à huis clos, après celle ouverte au public la veille. L’occasion de répéter les gammes pour un groupe qui est en passe d’écrire la plus belle page de son histoire. Car en cas de succès face au vainqueur de la CAN 2013, les Ethiopiens seront qualifiés pour la fois en phase finale de Coupe du monde. Un exploit.