Nommé sélectionneur de la Côte d’Ivoire, Michel Dussuyer a dévoilé à la presse sa principale mission qui se résume au maintien de la Côte d’Ivoire au sommet du football africain après le sacre à la CAN 2015.


De notre correspondant à Abidjan

Dans un ton sobre, révélateur de sa personnalité, Michel Dussuyer a fait son premier grand oral en tant que sélectionneur de l’équipe nationale de Côte d’Ivoire ce lundi. Face à la presse nationale et internationale, le successeur d’Hervé Renard a levé un coin de voile sur la feuille de route soumise par la Fédération ivoirienne de football. Il s’agira pour lui de poursuivre l’œuvre de son compatriote et de faire autant que lui en matière de résultats, sinon mieux. « Il y a un groupe de qualité qui est là. Il faudra entretenir la dynamique insufflée par Hervé Renard que je tiens à saluer. Il y a un état d’esprit qu’il faudra entretenir. A moi d’apporter ma touche en termes d’option et maintenir la Côte d’Ivoire au sommet« , a-t-il indiqué d’entrée de jeu.

La mission est ainsi loin d’être une sinécure. Dussuyer en est bien conscient et mesure l’ampleur de la tâche qui l’attend. « Si je n’avais pas mesuré l’ampleur, je n’allais pas faire acte de candidature. C’est un pallier supplémentaire que je dois franchir. J’ai une expérience même si c’était à la tête d’équipe moins nanties. Mais j’ai des moyens humains et j’ai des ambitions de remporter des titres avec la Côte d’Ivoire. Après c’est une méthode de travail qu’il faut mettre progressivement en place« , a-t-il fait savoir.

Priorité au jeu

Mais il ne faut pas s’y tromper ! L’ancien sélectionneur du Sily National n’entend pas innover en matière de méthode de travail. Il compte faire du copier-coller de ce qu’il a déjà réussi avec la Guinée et le Bénin. C’est à dire produire du jeu. « Partout où je suis passé, j’ai fait en sorte que mon équipe produise du jeu. Je m’attellerai à ce que l’équipe de Côte d’Ivoire soit une équipe joueuse. Il s’agira pour nous de tenir le ballon et pour tenir le ballon, il faut l’avoir. D’où la nécessité de privilégier la maîtrise collective qui intègre une bonne organisation défensive« , a-t-il précisé.

Pour réussir ce pari, le technicien français entend composer son équipe aussi bien avec les jeunes que les cadres. Car à l’en croire, une équipe qui se veut compétitive ne doit pas être ni trop jeune ni trop vieillissante. « Une équipe trop jeune ou trop ancienne n’est pas bonne. Il faudra progressivement faire avancer l’équipe en m’appuyant sur les cadres qui auront pour devoir d’encadrer les plus jeunes« , a-t-il confié.

En plus de la sélection A, Dussuyer aura également en charge la sélection A’. En ce qui concerne le coût du contrat et de son salaire, cela relève pour l’heure de l’ordre du mystère comme c’est le cas bien souvent sous nos tropiques. « C’est un sujet tabou que ce soit en Afrique ou en Europe. Moi je n’aime pas parler des chiffres. Il revient à la Fédération ivoirienne d’en faire l’écho si elle le juge nécessaire« , a-t-il coupé court.