Côte d’Ivoire : Les clubs dépouillés

C’est désormais une tradition établie. A chaque intersaison, les clubs ivoiriens sont dépouillés de leurs meilleurs joueurs. Cette année ne fait pas exception.


De notre correspondant à Abidjan

Bayo Vakoum, la pépite du Stade d’Abidjan n’illuminera plus la Ligue 1 ivoirienne de son talent. Meilleur fusil avec 13 buts, la révélation de l’exercice 2014-2015 n’a pas pu résister aux sons des sirènes des clubs beaucoup plus huppés. Vakoum est en effet tombé dans l’escarcelle de l’Etoile du Sahel (Tunisie). Même son de cloche pour son coéquipier Keita Alassane qui s’est fait harper par l’Avenir Sportif de Kasserine, un autre club tunisien. Le Stade d’Abidjan se voit ainsi dépouillé de ses deux meilleurs éléments.

L’ASEC plus exsangue

Toutefois, le club bleu et rouge est moins à plaindre que l’ASEC Mimosas. Le vice-champion de la saison écoulée est beaucoup plus exsangue. L’équipe chère à Me Roger Ouégnin a perdu à l’heure actuelle cinq joueurs majeurs. A commencer par le véloce et intraitable Soumahoro Bengaly. De loin le meilleur Mimos, le défenseur central qui a paradoxalement terminé meilleur buteur de son équipe avec 6 buts, a déposé ses valises dans l’extrême sud du continent, du côté de Mamelodi Sundowns. Après Siaka Tiéné, Bengaly devient ainsi le second défenseur de l’ASEC à démarrer l’aventure professionnelle dans ce club sud-africain.

Moussa Guindo, l’attaquant international malien à quant à lui choisi de s’exiler comme les deux stadistes dans l’extrême nord. Guindo a notamment emprunté le chemin du Maroc où il s’est engagé avec le Wydad Athletic Club de Casablanca (WAC). Breffo Mensa, le virtuose milieu ghanéen, a préféré poursuivre sa carrière en Afrique de l’ouest, mais en Guinée du côté de Horoya AC. Ce n’est pas le cas pour Henri Kouadio qui a décidé de tenter une nouvelle aventure en Afrique centrale, précisément au Daring Club Motéma Pébé en RD Congo.
Le plus jeune et le plus convoité d’entre tous, Davila Ba Loua, a logiquement quitté le continent pour atterrir à Lille en France. Le manager du LOSC, Hervé Renard, champions d’Afrique avec les Eléphants de Côte d’Ivoire n’est pas étranger à ce transfert.

L’Africa Sports ne vaut plus une équipe

Le grand rival de l’ASEC Mimosas, l’Africa Sports d’Abidjan, n’est pas non plus épargné par la saignée. Le vainqueur de la Coupe nationale qui a évolué avec un effectif assez réduit de 15 joueurs, enregistre également cinq départs. Son attaquant vedette Diomandé Mory émarge désormais au Khouribga FC (Maroc). Le latéral gauche et capitaine de l’équipe, Michaël Lago, a succombé au charme du club nigérian Ibadan Shooting. Zirignon Badi et Nicaise Daho s’épanouissent respectivement à l’AS Kaloum (Guinée) et à Genk (Belgique). Adversaires sur le terrain en Côte d’Ivoire, Zirignon formera une paire ivoirienne avec Josué Guinérou, désormais ex sociétaire de l’AS Denguélé d’Odiéné.

Un constat se dégage : les clubs ivoiriens se vident, non plus systématiquement au profit des clubs européens, mais de plus en plus au profit des clubs africains. Or des décennies plus tôt, le championnat ivoirien était l’eldorado des joueurs subsahariens.

Avatar photo
Pierre Kouamé