Côte d’Ivoire : ce qu’il y avait écrit sur le papier de Faé pour Sangaré

Au cœur de la demi-finale haletante de la CAN 2023 de mercredi remportée par la Côte d'Ivoire face à la RD Congo (1-0), profitant d'un arrêt de jeu, le sélectionneur des Eléphants, Emerse Faé, a remis un petit mot à Evan Ndicka, qui l'a transmis à Ibrahim Sangaré. Le milieu de terrain l'a lu avant de le glisser dans ses chaussettes. Une scène cocasse et inhabituelle qui ne manque pas de faire parler…

Un point focal de curiosité. Voilà ce qu'est devenu ce petit bout de papier remis par Faé au milieu de terrain de Nottingham Forest à la 73e minute. Sur le réseau social X, un internaute déclare notamment, non sans ironie : “Coach Faé stp, avant que la CAN ne finisse dis nous ce que tu as écrit à Sangaré. Considère ça comme le salaire des supporters que nous sommes“. Après la rencontre, en conférence de presse, le sélectionneur de 40 ans a clarifié le mystère entourant ce bout de papier tant discuté. 

Je ne sais pas dessiner !

Il n'y avait rien de grave. En fait, les Congolais ont fait trois changements d'un coup. Et dans les trois changements, il y avait des joueurs de grand gabarit. Et j'ai juste remis un papier à Ibra pour lui dire qu'il récupérait Banza au marquage et qu'Evan (Ndicka) récupérait un autre joueur qui était grand de taille qui venait de rentrer. Il n'y avait rien de tactique, c'était juste les marquages et sur les corners. Il n'avait pas de schéma tactique (il sourit)“, a-t-il expliqué, ajoutant même avec humour, “je ne sais pas dessiner !

Ce geste, qui a pu sembler mystérieux sur le moment, n'était en fait qu'une transmission simple et directe d'instructions défensives sur coups de pied arrêtés. La transparence de Faé sur cette scène démontre non seulement la cohésion et la bonne communication au sein de l'équipe ivoirienne, mais ajoute également une touche d'humanité et de simplicité à l'aspect souvent complexe des stratégies footballistiques. Alors que la Côte d'Ivoire se prépare pour la grande finale face aux Super Eagles du Nigeria, cet épisode souligne l'importance des détails qui peuvent s'avérer décisifs sur le chemin du succès.

Côte d’Ivoire : ce qu’il y avait écrit sur le papier de Faé pour Sangaré
Anthony Olivier

Explorateur et gratte-plume du football africain, j'aime brosser le portrait des nouvelles pépites du continent.