Accusée par le TP Mazembe d’avoir influencé le WAC Casablanca dans le litige à propos de Janvier Besala, l’Espérance de Tunis a contre-attaqué via un long communiqué en forme de mise au point: « En premier lieu, il convient de relever que l’Espérance n’est guère partie prenante dans l’affaire qui met en cause le TP Mazembe aux clubs de Simba et du WAC; notre seule intervention dans l’affaire en question l’a été sur sollicitation de la CAF qui, par un courrier officiel, nous avait interpellé sur la situation contractuelle du joueur. En second lieu, l’Espérance n’a pas induit en erreur le club marocain et ne s’est rendue coupable d’aucun mensonge. Car, l’affaire Janvier Besala a déjà été invoquée pour la première fois par le club de Simba qui a émis des réserves contre la participation irrégulière de Janvier au match aller entre le TP Mazembe et Simba. Autrement dit, les dirigeants marocains étaient déjà prévenus du cas de Janvier, et qu’ils n’avaient donc pas besoin du « coup de pouce » de l’Espérance pour défendre leurs droits.
En troisième lieu, le joueur Janvier Besala est encore sous contrat avec l’Espérance jusqu’au 30 juin 2012 avec une clause de reconduction pour une nouvelle saison. Depuis, la reprise des entraînements au début de cette saison, l’Espérance a toujours essayé de contacter Janvier et de l’inviter à reprendre les entraînements avec l’équipe, constats d’huissiers notaires à l’appui. Face au silence du joueur, l’Espérance a saisi la FIFA depuis plusieurs mois (et non en avril 2011) pour signaler l’absence du joueur et exiger une veille sur son cas.
En quatrième lieu, la mauvaise foi du club congolais est manifeste en la matière dans la mesure où il avait fait part, par voie de courrier officiel, de son désir d’enrôler le joueur contre une certaine somme d’argent. L’Espérance n’y vit aucun inconvénient mais par la suite, silence radio du côté du TP Mazembe. Ensuite, on découvre, non sans stupeur, que le joueur figurait sur la liste officielle des joueurs du TP Mazembe qualifiés pour disputer la ligue des champions. Comment le club congolais a-t-il pu se permettre « d’enrôler » un joueur sans passer par le club où il était encore sous contrat sinon en utilisant des manœuvres dilatoires
? »