L’Espérance de Tunis quitte la Coupe du monde des clubs la tête basse. Battus par Al Sadd (1-2) puis par Monterrey (2-3), les Sang et Or, champions d’Afrique n’ont pas gagné une seule rencontre. Mais Yannick N’Djeng, l’attaquant camerounais du club tunisois, veut tirer les leçons de cette première expérience avec le gratin mondial. « Nous avons commis des erreurs de déconcentration coupables, explique-t-il sur le site de la FIFA. Ce qui ne tue pas rend plus fort. La moyenne d’âge de l’équipe est très basse, nous avons appris énormément de cette double défaite. C’est surtout dans les moments difficiles que nous avons besoin d’eux (les supporters, NDLR), moins quand tout va bien.«