L’année 2010 a été riche en événements pour Asamoah Gyan. Après avoir atteint la finale de la dernière Coupe d’Afrique des Nations de la CAF avec le Ghana, battu par l’Égypte lors de l’ultime revue, l’attaquant de 24 ans a occupé le devant de la scène médiatique pendant la Coupe du monde. En raison de ses brillantes performances bien sûr, mais également à cause de son penalty manqué à la dernière seconde du quart de finale contre l’Uruguay. « Honnêtement, j’aimerais pouvoir oublier ce penalty. Il faut se souvenir qu’avant ce match, j’avais réussi quasiment toutes mes tentatives. J’avais confiance en moi, mais ça n’est pas passé. C’est un moment difficile à décrire. Quand le ballon a touché la barre, j’ai ressenti quelque chose d’étrange à l’intérieur. J’ai tout de suite pensé à la terrible déception qui allait envahir des millions de personnes. Mais c’est le propre du football. Depuis, je n’ai pas pris le temps d’analyser la situation en détail. Tout ce que je peux vous dire, c’est que j’avais très mal. Mes coéquipiers et l’encadrement technique m’ont énormément soutenu. Ce n’est pas facile de relever la tête après une telle expérience », a avoué l’attaquant de Sunderland sur le site de la FIFA.