Vendredi, la Fédération guinéenne (Feguifoot) a officiellement annoncé qu’elle a choisi Didier Six comme nouveau sélectionneur du Syli National. Une décision étonnante car le technicien français se trouvait au chômage depuis 4 ans après ses passages sur les bancs du Togo (2011 puis 2012-13) et de l’Île Maurice (2015). Interrogé par le site Foot224, l’ancien international tricolore a répondu aux sceptiques et justifié sa longue période d’inactivité.

«J’ai eu dans ma famille un moment où je ne pouvais pas entraîner, où je ne pouvais pas me déplacer. Voilà le pourquoi. Dès que tout cela a été résolu, j’ai eu la possibilité de postuler pour le Syli. Je suis content aujourd’hui d’avoir été retenu», a d’abord souligné l’homme de 65 ans en assurant avoir été plusieurs fois proche de reprendre du service. «J’ai shortlisté quatre fois. Cela veut dire que j’ai fini deuxième ou troisième sur des sélections. J’ai refusé deux sélections parce que le challenge ne me correspondait pas. J’avais un problème de sécurité. Je ne vais pas vous dire lesquelles (rires).»

Quart de finaliste de la CAN 2013 avec le Togo, Six assure qu’il peut beaucoup apporter à la sélection guinéenne. «C’est un groupe qui a besoin de revivre ensemble la victoire. J’apporterai l’envie de la victoire, l’envie de la gagne. Ça été mes critères. J’avais des qualités de joueur et d’entraîneur mais j’apporte aussi cette envie de la gagne, cette envie d’être bien ensemble et de faire plaisir à son public. (…) Je pense qu’avec la qualité des joueurs, s’il y a la discipline derrière, ça sera quelque chose d’important. La concentration, l’envie de jouer pour les couleurs du Syli», a soutenu le vainqueur de l’Euro 1984 avant d’afficher ses hautes ambitions : «Remettre la Guinée dans le carré final à la CAN et de pouvoir être qualifié pour la Coupe du monde et d’aller le plus loin possible. On a tous les atouts pour faire quelque chose d’extraordinaire.»