C’est un Maher Kanzari visiblement déçu qui s’est présenté en conférence de presse, au terme du nul de l’Espérance Tunis face au TP Mazembe (1-1), en finale de la Ligue des Champions. Battu mais pas abattu, l’entraîneur-adjoint de l’EST n’a pas caché sa tristesse même s’il veut retenir le positif.


Afrik-Foot.com: Maher, qu’est-ce que vous retenez de cette finale?

Maher Kanzari:
On est déçu, c’est sûr. Mais on a essayé de tout faire. On s’est laissé surprendre malgré un bon début. Il y avait une véritable volonté de jeu mais le tournant, c’est ce carton rouge. La mission était déjà difficile à onze mais, là, à dix… En deuxième période, c’était trop dur. C’était de la folie. Beaucoup de nos joueurs n’y étaient pas mentalement. Certains ont même déserté leur poste…

Est-ce à dire que les joueurs de l’Espérance n’étaient pas bien préparés?

Mais comment pouvez-vous dire que nos joueurs n’étaient pas préparés?! C’est la finale de la Ligue des Champions, quand même. On ne l’a pas pris à la légère. Remonter quatre buts à dix, c’est très très dur… La préparation était là, l’encadrement était suffisant…

Mais il y a tout de même ce crachat de Ben Amor.

Ecoutez, je ne l’ai pas vu. Si vous me dites que le joueur est coupable, eh bien, il y a une faute flagrante. Et cela ne va pas se passer comme ça. On a fait ce qu’on pouvait. On méritait ce titre mais on nous l’a volé. L’Espérance a développé un bon volume de jeu en début du match, matérialisé par un but. Le carton rouge de Ben Amor a été le tournant de la rencontre. Malgré tout, on s’est créé de bonnes opportunités de marquer. Mais, c’était sans compter avec la précipitation.

Il y quand même du bon à retenir, non?

Bien sûr! On est vice-champions d’Afrique, ce n’est pas rien. On est vice-champions d’Afrique avec une équipe jeune. C’est positif. C’était notre première expérience à ce niveau: cela fait plus de dix ans que l’Espérance n’a pas été en finale d’une Coupe d’Afrique. Bien sûr que c’est positif. On avait un fol espoir. Poussés par un tel public, on se disait… Mais, maintenant, il faut tourner la page. Certains joueurs ne seront pas là la saison prochaine, il faudra les remplacer même si on voudrait les garder tous. Ils ont évolué à un très haut niveau cette saison. On a travaillé sur le court et le moyen terme pour nous installer à l’échelle régionale et nationale. Le niveau continental, c’est du bonus.