Les soupçons de matches truqués en Ligue 2 qui secouent le football français n’en finissent pas de faire des remous. Jeudi, Serge Kasparian, l’actionnaire principal du Nîmes Olympique a été mis en examen avec cinq autres individus pour « corruption active » et « passive » pour certains. Trois matches de la saison passée (contre Caen, Créteil et le CA Bastia) auraient fait l’objet d’arrangements et sont dans l’œil de la justice. Mais les enquêteurs ont également enregistré une conversation entre Serge Kasparian et son fils, Anthony avant le match contre le Stade Lavallois en mai dernier. Le paternel a demandé à son fils s’il connaît Christian Bekamenga, l’attaquant camerounais de Laval, auteur d’un impressionnant exercice 2013/14 (18 buts). « C’est le seul qui est dangereux ce soir. Si on lui fait miroiter quelque chose, on va voir« , a lâché Serge Kasparian dans des propos cités par Le Parisien. Nîmes l’emportera finalement 2-1.