Malgré la polémique du début de semaine, la Fédération française de football a confirmé que les Bleus disputeraient un match amical contre le Costa Rica, le 9 novembre prochain, à Fort-de-France, en Martinique, en hommage aux victimes du crash du 16 août dernier.


Mardi soir, la Fédération française de football (FFF) a confirmé que l’équipe de France disputerait un match amical contre le Costa Rica, le 9 novembre prochain, à Fort-de-France, en Martinique. Un match en forme d’hommage aux victimes de la catastrophe aérienne au Venezuela, où, le 16 août dernier, 160 personnes, dont 152 Martiniquais, avaient péri dans le crash d’un avion de la West Caribbean Airways. « Cette rencontre en Martinique témoigne de notre gratitude au football antillais qui contribue par ses talents à la richesse du football national. C’est aussi, comme le souhaitait la FFF, la manifestation de sa solidarité et de son soutien actif aux familles des victimes de la catastrophe aérienne », peut-on lire dans le communiqué de la FFF.

Le match, au centre d’une polémique depuis lundi, aura donc lieu. Oui, mais avec quels joueurs ? Le 9 novembre n’étant pas une date du calendrier réservée aux matches internationaux, les clubs n’ont pas le devoir de libérer leurs joueurs pour disputer ce match. Arsène Wenger, à Arsenal, a déjà déclaré qu’il demanderait à ses hommes de ne pas répondre à une convocation. Gérard Houllier, l’entraîneur de l’Olympique lyonnais, a lui aussi menacé de refuser d’envoyer ses joueurs qui sortiront d’une série de 7 matches en 21 jours. La polémique obligera-t-elle le staff de l’équipe de France à faire évoluer une « équipe B » à Fort-de-France ? « La balle est dans le camp des clubs », a sobrement déclaré Michel Platini sur Canal+ mardi soir.

Décalage horaire et horloge biologique…

Pourquoi cette rencontre pose-t-elle problème ? Il y a d’abord l’annonce du match, faite en catimini, par Raymond Domenech sur M6, dimanche, aux alentours de minuit. Puis, sur les ondes, des médecins se sont inquiétés de la santé des joueurs, évoquant le décalage horaire qui perturbe l’horloge biologique et le voyage en avion, considéré comme trop long et dans une atmosphère « extrêmement sèche »… Mais c’est surtout la date choisie qui est en cause. « Sachant qu’il y a un match programmé de longue date le 12 novembre contre l’Allemagne, ce déplacement avec décalage horaire fait que les dirigeants et les entraîneurs ont peur pour leurs joueurs. L’idée du match reste très bonne mais peut-être aurait-il fallu choisir un autre moment », analyse Marius Trésor, ancien joueur de l’équipe française.

Raymond Domenech dit « tomber des nues » devant ces arguments et se défend. « L’idée de base c’était de laisser aux clubs la possibilité d’avoir leurs joueurs pendant une semaine entière après France-Allemagne. Sportivement, je me suis mis à la place des clubs. » Du côté des joueurs, il semblerait qu’une majorité se prononce en faveur de la rencontre et de l’hommage qu’elle rendra à la Martinique. A l’instar de Lilian Thuram : « Ce match est une très bonne chose par rapport aux victimes de la catastrophe mais aussi parce-que c’est la première fois que l’équipe de France va jouer aux Antilles ». Quant à Zizou, il est toujours dans le coup : « C’est une bonne initiative, je crois que tout ce qui est fait pour ce genre de cause est important. Pas de souci. » Zinedine Zidane solidaire. Et les autres ?

Lire aussi :

153 Martiniquais périssent dans un crash aérien au Venezuela

Crash aérien pour drame martiniquais : un T-shirt contre l’oubli