En lice pour le titre de meilleur gardien de Ligue 1 dimanche à l’occasion des trophées UNFP, Vincent Enyeama ne se fait guère d’illusions sur ses chances de succès face à Steve Mandanda (Olympique de Marseille), Kevin Trapp (Paris Saint-Germain) et Anthony Lopes (Olympique Lyonnais). Le Lillois estime pâtir du manque de médiatisation dont souffriraient les Dogues. Il en veut pour preuve son excellente saison 2013/14 à l’issue de laquelle la récompense lui avait pourtant échappé. « Cette saison-là, j’ai réalisé onze clean-sheets consécutifs, j’ai été élu par deux fois meilleur gardien du mois. Je pense que je méritais ce trophée de gardien de l’année. J’ai été très déçu qu’il m’échappe (il avait été attribué à Sirigu) », a avoué le Nigérian sur le site officiel de son club.

« Les votants, c’est-à-dire les autres joueurs, ne jugent pas forcément les gardiens sur ce qu’ils produisent réellement, mais d’après les résumés diffusés à la télé. Et les nôtres sont souvent très courts, ils ne montrent que les buts marqués et encaissés« , regrette l’ancien Super Eagle. « Je prends l’exemple de la finale de la Coupe de la Ligue (1-2 contre Paris). J’ai commis une erreur sur le deuxième but, d’accord. Pourtant, je pense avoir réalisé un grand match, du début à la fin. Mais quand je regarde le résumé, je ne vois que ma boulette ! Parfois, ce n’est donc pas juste« , a-t-il ajouté. En 2013/14, Enyeama s’était toutefois consolé avec le Prix Marc Vivien Foé, qui récompense le meilleur Africain de Ligue 1. Bis repetita cette année ? Réponse dimanche (pour les trophées UNFP) et lundi (pour le prix Foé).