Face à la Tunisie (0-0), le Malawi espérait une victoire. Il a dû se contenter, à Blantyre, lors de la 5e journée des éliminatoires de la CAN 2012, d’un nul qui repousse d’un mois le verdict dans le groupe K. Kinnah Phiri, le sélectionneur des Flames, ronchonne. « Je ne suis pas content. J’attendais une victoire. D’un autre côté nous n’avons pas perdu et c’est aussi une satisfaction. De la même manière au cours de nos trois drniers matches, nous n’avons encaissé aucun but. C’est dire que nous avons trouvé la bonne solution en défense. Reste à améliorer notre rendement offensif, a-t-il expliqué sur le site de la CAF. Cela va être tendu. Vous connaissez la situation. Les Tunisiens jouent chez eux ; nous, nous allons au Tchad. Nous sommes légèrement en retard à la différence d buts. En résumé nous devons gagner en marquant beaucoup de buts. Voilà résumé le challenge. Mais je garde espoir. Sur le terrain, nous avons manqué d’efficacité offensive. Nous n’avons pas su exploiter nos mouvements offensifs. Ce n’est pas nouveau comme je vous l’ai indiqué. Mais le Malawi ne peut se comparer à la Tunisie en organisation, en moyens financiers. Tenez ils ont joué deux rencontres amicales contre le Mali et la Jordanie avant de venir ici, nous nous n’en avons même pas eu un. La différence vient de là en très grande partie.«