En progrès mais peut mieux faire. A deux mois de la Coupe d’Afrique des Nations 2012, le Mali doit encore plus. C’est Alain Giresse, le sélectionneur des Aigles, qui le dit. « Dans la mentalité, c’est beaucoup mieux. On retrouve une équipe avec un cadre et un état d’esprit qui collent avec les obligations d’une équipe nationale, confirme le technicien français à la FIFA. Le dernier match amical contre le Burkina Faso me conforte dans ce constat. Les joueurs ont répondu présent. Le groupe fonctionne sainement. Il fallait recréer une dynamique et rehausser le moral. Sans faire injure aux joueurs avec lesquels je dois rebâtir une équipe compétitive, il n’y a plus de stars en sélection hormis le revenant Seydou Keita. Mahamadou Diarra est sans club, Frédéric Kanoute a arrêté la sélection, Momo Sissoko ne veut pas venir. Les grands noms, c’est fini. Je ne peux pas compter dessus. C’est pour ça que je parle de construction et de mise en place. On a encore besoin de s’affirmer et d’avoir plus de densité dans nos convictions. La force d’une grande équipe c’est de se reposer sur son collectif quand ça va mal. Cela, on ne peut pas encore le faire car notre collectif manque de repères.«