Un peu plus d’un an après son départ, les relations entre Jean Michaël Seri et l’OGC Nice ne sont plus bonnes du tout… La preuve, les avocats de l’international ivoirien, Mes Reiss, Dupont et Hissel, ont annoncé ce lundi dans un communiqué relayé par L’Equipe que leur client s’estime victime de «faits d’escroquerie commis par l’OGC Nice et certains de ses dirigeants» et qu’il «vient de déposer auprès du Procureur de la république de Nice une plainte pénale» en ce sens. C’est le transfert de Seri vers Fulham en juillet 2018 qui est au centre des débats.

Actuellement prêté à Galatasaray par le club anglais, l’Eléphant considère que les dirigeants niçois ont profité du deal global à 24 millions d’euros avec Fulham incluant aussi son coéquipier Maxime Le Marchand pour minimiser sa valeur et ainsi réduire sa «prime sur transfert à laquelle il avait contractuellement droit». Seri accuse Nice d’avoir évalué chacun des deux joueurs à 12 M€ alors qu’une expertise a confirmé qu’à cette époque, le vainqueur du Prix Foé 2017 possédait une valeur marchande de 18 M€ contre 6 M€ pour son coéquipier.

Seri réclame ainsi 700 000 € de préjudice. S’il obtient gain de cause, les clubs précédents du joueur, dont les deux clubs ivoiriens de l’ASEC Mimosas et du Centre Cyrille Domoraud, vont par ricochet bénéficier d’une entrée d’argent plus importante. Affaire à suivre…