L’affaire de l’enlèvement du père de John Obi Mikel prend une mauvaise tournure pour l’armée nigériane. Alors que le père du milieu de terrain de Chelsa a été libéré mardi après 11 jours de captivité, deux soldats ont été entendus mercredi par la police militaire et l’unité de renseignement de l’armée. Ils sont non seulement soupçonnés d’avoir pris part au rapt mais aussi d’avoir été les cerveaux de l’affaire, rapporte RFI. De son coté, le père du footballeur, accuse clairement « des soldats. » Dans une vidéo mise en ligne sur Internet, il raconte qu’ils l’auraient jeté dans « un camion peint aux couleurs de l’armée » et qu’ils l’auraient battu. En échange de sa libération, ils auraient demandé une rançon d’environ 45 000 euros. Les autorités ont néanmoins affirmé qu’aucune somme d’argent n’avait été versée. Quant au porte parole de la force spéciale en poste à Jos, il a déclaré que l’enquête était en cours, afin d’établir « le niveau d’implication des deux soldats dans l’enlèvement.«