Enlevés dimanche dernier, Dayo Ojo (Enyimba) et Benjamin Iluyomade (Abia Comets) ne seront pas restés très longtemps entre les mains de leurs ravisseurs. Les deux footballeurs ont été libérés mercredi soir par la police nigériane.

Dans les heures consécutives à l’annonce des décès tragiques d’Ifeanyi George et Emmanuel Ogbu, le Nigeria apprenait le kidnapping de Dayo Ojo (photo) et de Benjamin Iluyomade, respectivement joueurs d’Enyimba et Abia Comets. Alors qu’ils se rendaient à Akure dimanche dernier, les deux footballeurs avaient été enlevés sur l’axe Benin-Owo. Présent à leurs côtés, Emmanuel James, autre joueur d’Enyimba, avait pour sa part réussi à s’échapper.

La police et les footballeurs à la rescousse

Ce triste incident avait bien évidemment suscité d’innombrables réactions. Le club d’Enyimba, après avoir confirmé la nouvelle, s’était engagé à faire de son mieux pour libérer son joueur. Et force est de constater qu’il ne s’agissait pas d’un simple effet d’annonce.

En effet, fortement appuyée par le club d’Aba, l’Association nationale des footballeurs professionnels du Nigeria et les familles des joueurs enlevés, la police nigériane a mis en déroute les ravisseurs et libéré les deux stars mercredi.

Une longue tradition d’enlèvements à l’issue heureuse

Cet enlèvement n’est pas le premier et ne sera, hélas, probablement pas le dernier ayant lieu au Nigeria. Bien que grave, cette pratique est devenue commune et presque banale pour les footballeurs et leur entourage. Le père de John Obi Mikel avait ainsi été enlevé durant le Mondial 2018 tandis que la mère de Samuel Kalu avait connu le même sort en mars 2019. Par deux fois (2015 et 2019), la mère de Samson Siasia avait également été kidnappée.