Bafétimbi Gomis et Yohan Benalouane peuvent souffler. Mis en cause à l’été 2012 dans le cadre d’une information ouverte pour un viol collectif sur une femme de 38 ans, l’international français de Lyon et le défenseur tunisien de l’Atalanta Bergame ont bénéficié d’un non-lieu, indique Lyon Capitale. Au lendemain d’une soirée un peu trop arrosée, la plaignante accusait les deux anciens joueurs de Saint-Etienne d’avoir sexuellement abusé d’elle au domicile de l’attaquant lyonnais. « La scène avait été filmée au moyen du téléphone portable de l’un des joueurs. Mais les images n’ont pas permis aux policiers de conclure à une scène de viol. La plaignante était alors dans un état quasi léthargique. Elle s’est d’ailleurs décrite elle-même dans un état de sidération, en incapacité totale de réagir« , indique le média rhodanien. Le juge d’instruction chargé de l’affaire avait décidé de clôturer les investigations en décembre dernier.