OM-Bayern : Des absences et des questions

Alors que Marseille joue une partie de sa saison et de son avenir en coupe d'Europe avec la réception du Bayern Munich en quart de finale aller de la Ligue des Champions, le staff olympien doit composer avec une cascade de blessures. De l'opération programmée de Souleymane Diawara à l'état de santé d'André Ayew, pour ne citer qu'eux, autant de mauvaises nouvelles qui viennent s'ajouter à la méforme de certains cadres de l'équipe. Un véritable casse-tête pour Didier Deschamps au moment d'affronter l'ogre bavarois.


S'il est une place peu enviable en ce moment du côté de l'Olympique de Marseille, il s'agit surement de celle de Didier Deschamps. Seulement neuvième au classement en Ligue 1, avec la quasi certitude de ne pas pouvoir se qualifier pour la Ligue des Champions via le championnat, l'OM n'a d'autre choix que de remporter la C1 cette saison pour faire partie du gratin européen l'année prochaine. Sauf que, sur la route des Olympiens, se dresse le Bayern Munich, terreur européenne lors de ses dernières sorties, qui reste sur un succès retentissant contre Bâle (7-1) lors du tour précédent. Et comme si cela ne suffisait pas, l'entraîneur phocéen doit composer avec des absences de poids, des joueurs clés nettement diminués et pour certains en méforme.

Une charnière Mbia-NKoulou ?

Autant dire que la préparation est loin d'être idéale du côté du centre d'entraînement Robert-Louis Dreyfus avant ce rendez-vous européen. Déjà que l'ancien entraîneur de la Juventus de Turin se demandait qui de Andrade ou Bracigliano serait le plus à même de prendre place dans les buts pour pallier l'absence de Mandanda, suspendu, une très mauvaise nouvelle lui est arrivée lors du match contre Nice en Ligue 1 (1-1). Après tout juste cinq minutes de jeu, Souleymane Diawara, victime d'une rupture d'un ligament du genou droit, a été contraint de céder sa place sur le terrain. Le verdict est sans appel pour l'international sénégalais : six mois d'absence. Un coup dur pour les Marseillais, car si l'ancien Girondin n'a pas réalisé sa meilleure saison sur la Canebière, il s'est tout de même montré à son avantage en coupe D'europe, surtout pour répondre au défi physique des adversaires.

Une absence qui pourrait se faire grandement ressentir au moment de contrer l'insatiable Mario Gomez. D'autant plus que son habituel partenaire dans l'axe de la défense marseillaise, Nicolas Nkoulou, impérial pendant toute la première partie de saison, a été moins en vue lors de ses dernières sorties. Le Lion Indomptable, troisième joueur le plus utilisé de l'effectif derrière Steve Mandanda et Jérémy Morel, semble chercher son second souffle et reste sur une exclusion face à Dijon (1-2). Son retour à la compétition devrait quoiqu'il en soit faire du bien à l'équipe, d'autant plus qu'il devrait être associé en défense centrale à son compatriote Stéphane Mbia. Une charnière qui n'a pas souvent été alignée cette saison, Rod Fanni faisant quelques piges dans l'axe, et dont les automatismes restent à parfaire.

André Ayew serre les dents

Mais si le retour de l'ancien Monégasque a de quoi ravir, c'est l'état d'André Ayew qui préoccupe plus le staff et les supporters. Déjà diminué par son épaule douloureuse, déboitée lors de la CAN2012, l'international ghanéen a été victime d'une entorse des cervicales lors d'un contact face à Nice (1-1). Le Black Star a même quitté l'entraînement de lundi matin avec une minerve autour du cou. Depuis son retour du Gabon et de la Guinée équatoriale, le fils d'Abedi Pelé joue en serrant les dents pour repousser une opération, devenue inévitable, à la fin de la saison. Compétiteur dans l'âme, le deuxième meilleur buteur et passeur de l'équipe se veut malgré tout rassurant. “Je passe au-dessus de la douleur. Je déteste vraiment ne pas jouer. Il faut que ce soit la décision du coach. Pour les cervicales, je suis en progrès. Je peux tourner la tête un peu plus et même conduire“, a-t-il confié à L'Equipe.

Des propos qui laissent penser qu'il sera très certainement présent au moment de défier le Bayern Munich. Didier Deschamps pourra compter sur lui, même diminué, pour éviter la sortie de route aux siens. Confiance qui semble de moins en moins accordée à Charles Kaboré, clairement plus dans le rythme et qui reste sur deux sorties loin d'êtres convaincantes : face à Quevilly (3-2) lors de l'élimination en Coupe de France, et contre Nice (1-1) en Ligue 1, où le Burkinabè s'est fait exclure après tout juste quarante minutes passées sur le terrain. Pas vraiment la meilleure préparation pour le groupe au moment de jouer son avenir dans la compétition reine en Europe.

Avatar photo
Mansour Loum