Ancien président de l’Olympique de Marseille, Pape Diouf était l’invité de Téléfoot ce dimanche. L’occasion pour le Franco-Sénégalais de donner son avis sur la semaine agitée du club phocéen. Pour rappel, l’entraîneur de l’OM, André Villas-Boas, n’a pas apprécié d’être informé au dernier moment de la nomination du dirigeant Paul Aldridge afin de faciliter la vente de joueurs en Premier League et il a taclé son président Jacques-Henri Eyraud en conférence de presse. Pour Diouf, cette péripétie était presque prévisible.

«Je ne suis pas en place pour parler objectivement mais à l’OM, il y a une quadrature du cercle. D’un côté, un actionnaire qui souhaite que les finances soient ramenées sur de bons rails. De l’autre, un entraîneur qui ne pense qu’aux bons résultats et à juste raison. Donc ça devient compliqué pour un président», a tranché l’ancien agent de joueur, compréhensif à l’égard d’Eyraud.

«Il faut savoir que l’OM traîne un déficit de 120 millions d’euros ! C’est forcément à prendre en compte. Être président de l’OM, ce n’est pas simple. Je ne connais pas personnellement Jacques-Henri Eyraud mais je peux comprendre son attitude», a-t-il poursuivi, non sans tacler une nouvelle fois le directeur sportif marseillais, Andoni Zubizarreta : «Je connais très bien Paul Aldridge en revanche. C’est un homme d’une très grande qualité, mais en l’occurrence, il est venu pallier les carences de Zubizarreta.» L’Espagnol appréciera !