Clemens Toennies en pleine tempête… Jeudi, le président de Schalke 04 a tenu des propos inadmissibles à l’occasion d’un forum sur l’artisanat en estimant qu’il faut construire davantage de centrales électriques en Afrique subsaharienne «de sorte que les Africains arrêtent d’abattre des arbres et de faire des enfants dès qu’il fait sombre».

Face au tollé provoqué et alors que les appels à la démission se multiplient, Schalke a publié un communiqué ce dimanche dans lequel Toennies s’excuse et reconnaît des déclarations «inappropriées» et «irréfléchies», à l’opposé des valeurs prônées par le club, opposé à toute forme de «racisme, de discrimination ou d’exclusion».

Malgré cette réaction, Toennies, tancé par les plus hauts dirigeants du football allemand et une partie de la classe politique, risque fort d’être contraint à la démission. Ces propos ont en tout cas dû particulièrement heurter les joueurs africains du club comme le Sénégalais Salif Sané et le Marocain Hamza Mendyl (également d’origine ivoirienne)…