Côte d’Ivoire : un Bleu ouvre la porte aux Eléphants !

Le milieu de terrain Tiémoué Bakayoko s’est exprimé sur la possibilité de jouer pour les Éléphants de Côte d’Ivoire après être déjà apparu avec l’équipe de France.

Appelé en mars 2017 par Didier Deschamps, durant sa troisième saison à l’AS Monaco parachevée par un titre de champion de France avec Mbappé et compagnie devant le PSG, Tiémoué Bakayoko n’a plus été convoqué chez les Bleus. Sa prestation pour les 45 minutes dernières minutes de jeu (entré à la mi-temps) face à l’Espagne (défaite 0-2) n’a manifestement pas convaincu le sélectionneur français de renouveler l’expérience.

Un signal avant-coureur de la suite de carrière qui attendait le natif de la région parisienne. Transféré à Chelsea en fin d’exercice avec l’étiquette de grand espoir du football tricolore, le principal intéressé n’a jamais confirmé. Après une première cuvée insatisfaisante dans le nord de l’Angleterre, ce dernier a multiplié les prêts infructueux en Italie (AC Milan, Naples), et même effectué un retour aux sources décevant sur le Rocher, pour finalement rejoindre Lorient l’été dernier.

Ni oui ni non

Dans une interview accordée à L’Equipe, le bonhomme de 29 ans, qui a fait sa 10e apparition en Ligue 1 avec les Merlus ce dimanche (victoire 1-3 contre Strasbourg) dans le cadre de la 22e journée, est revenu sur sa carrière, et sur sa fugace expérience avec l’équipe de France. L’occasion également de se remémorer le choix cornélien qui s’était présenté à lui entre les Bleus et l’équipe de son pays d’origine, la Côte d’Ivoire.

“Quand je suis appelé, je suis plus proche de la Côte d’Ivoire, même si les Bleus restent le rêve ultime. Quand on a une double nationalité, vous ne vous rendez pas compte comment c’est hyper difficile de choisir, a-t-il confié au quotidien sportif. Entre le moment où Didier Deschamps m’a appelé et celui où j’ai dit oui, je n’ai pas mangé durant deux jours, j’avais la boule au ventre.” Puis d’évoquer la possibilité de jouer avec les récents champions d’Afrique avec lesquels il reste éligible pour un changement de nationalité puisqu'il n'a joué qu'en amical avec les Bleus. Et le moins que l’on puisse dire est qu’il n’a pas fermé la porte. “D’une certaine manière, si je devais maintenant jouer pour la Côte d’Ivoire, j’aurais l’impression de me désavouer. Mais j’ai un peu évolué, je ne dis pas non, je ne dis pas oui”, a-t-il avoué. De quoi peut-être entretenir l’espoir de la sélection ivoirienne.

Côte d’Ivoire : un Bleu ouvre la porte aux Eléphants !
Prudence Ahanogbe