Contrôlé sans permis au volant d’un véhicule durant le confinement dans la région de Msaken, l’international tunisien Hamdi Nagguez avait mal réagi et le ton était monté avec un agent de police. Initialement condamné à quatre mois de prison ferme pour «atteinte à un fonctionnaire public», le latéral droit de Suduva (Lituanie) était incarcéré depuis le 30 avril. Mais les choses se sont arrangées pour l’ancien pensionnaire du Zamalek et Mosaïque FM indique que la chambre correctionnelle du tribunal de première instance de Sousse 1 a transformé la sanction frappant l’Aigle de Carthage en une peine de prison de quatre mois avec sursis, ce qui signifie que le joueur est libre.

Nagguez pourra remercier la Fédération tunisienne de football qui avait mis deux avocats à sa disposition et le président de son ancien club, l’Etoile sportive du Sahel, Ridha Charfeddine, qui avait contribué à convaincre le policer en question de retirer sa plainte.