Un an par la Révolution de Jasmin et le départ du pouvoir de Ben Ali, la Tunisie a depuis retrouvé sa liberté. Un moment d’histoire auquel la sélection nationale, qui affronte le Niger ce vendredi, aimerait participer à sa manière en remportant la Coupe d’Afrique des Nations. Adel Chedli, le milieu de terrain des Aigles de Carthage, se sent pousser des ailes. « Le peuple s’est soulevé, on était avec lui. Au niveau du football, c’était assez dur par rapport à la sécurité donc le championnat était difficile. On jouait sans public, on ne savait pas si on allait jouer ou pas, assure le joueur de l’Etoile du Sahel. Avant, c’était fermé, maintenant on joue pour tout un peuple.«