Ecarté de la sélection tunisienne, Alaeddine Yahia n’a pourtant pas tiré un trait sur les Aigles de Carthage. « Je suis déçu car j’étais revenu en sélection plein de bonne volonté. Or, ma franchise m’a causé des torts (…) Personnellement, je n’y renonce pas. Je suis né en France mais je suis et me sens Tunisien. La Tunisie, c’est mon pays, ma culture. D’ailleurs, pourquoi ne pas jouer la Coupe d’Afrique des Nations en 2012. Mais avant cela, il faudra déjà se qualifier », a assuré le défenseur du RC Lens à lensois.com avant de revenir sur l’affaire des primes qui a provoqué son exclusion. Lundi, avant-veille du match, l’ensemble de l’équipe a reçu les primes du match face au Togo. Nous nous étions imposés 2-1 en octobre dernier. Et c’est avec stupéfaction que certains joueurs, tous des locaux, m’ont annoncé qu’ils n’avaient pas reçu la prime entière. Pourtant, avant même cette rencontre, nous nous étions arrangés pour que chaque membre de la sélection touche 100% de la prime qu’il soit titulaire, remplaçant ou en tribune. Cet accord n’ayant pas été respecté, Fahid Ben Khalfallah, capitaine, et moi avons donc décidé de rencontrer le coach, son adjoint, le directeur technique national, ainsi que le chef de la délégation. Simplement, étant donné le résultat négatif (défaite face au Botswana 1-0, NDLR), il fallait trouver un bouc émissaire. On a sali mon nom. Or, je n’ai rien fait. Dans cette histoire, je voulais juste défendre mes copains. »