Al-Hilal : l’erreur de Bounou

Arrivé à Al-Hilal l’été dernier en provenance du FC Séville (Liga), le gardien marocain de 32 ans, Yassine Bounou, suscite l'attention en Arabie Saoudite.

Auteur d'une performance remarquable à la Coupe du monde 2022 avec le Maroc (demi-finaliste), Yassine Bounou a enchaîné les prouesses. Après avoir remporté la Ligue Europa avec le FC Séville, il est devenu le premier Marocain de l'histoire à être nommé au Ballon d’Or, se classant 13e au classement final et 3e pour le trophée Yachine.

Malgré ces exploits, il ne réussira pas à décrocher le titre de joueur africain de l'année 2023 décerné par la Confédération africaine de Football (CAF). En effet, le trio final a été dévoilé jeudi et il en est absent, ce qui a logiquement fait des vagues, puisque ses performances suggéraient qu'il aurait pu prétendre au titre suprême. Il figure en revanche parmi les finalistes pour le titre de meilleur gardien africain, aux côtés d'André Onana et de Mohamed El Shenawy.

Une petite ombre au tableau

Élu meilleur gardien des deux derniers mois en Arabie Saoudite, Bounou est actuellement en grande forme, à quelques semaines du début de la Coupe d’Afrique des Nations en janvier en Côte d’Ivoire. Cependant, une erreur vient entacher son parcours. Lors du match opposant Al-Ta’ee et Al-Hilal (1-2) ce vendredi, le portier de 32 ans a commis une grosse erreur de placement, très inhabituelle, dans le temps additionnel de la première mi-temps alors que son équipe menait par deux buts, ce qui a permis à Tariq Mohammed de le punir avec un missile des 25 mètres sous la barre (45e+5). Heureusement pour le Lion de l'Atlas, cette erreur n'a eu aucune conséquence, car ses coéquipiers ont réussi à s’imposer pour conforter leur place de leader.

Notons que le nom du lauréat du titre de meilleur gardien africain sera connu lundi prochain à Marrakech, à l’occasion de la cérémonie des CAF Awards 2023.

Avatar photo
Nathacio De Souza

Passionné de football, je jongle entre les touches du clavier aussi habilement que Vinicius avec un ballon. Je transforme chaque match, chaque action, chaque but en une symphonie de mots.