Algérie : “parce que c’est moi…”, Delort vide son sac !

Pas retenu par le sélectionneur de l'Algérie, Djamel Belmadi, pour les deux premières journées des éliminatoires de la Coupe du monde 2026, Andy Delort s'est exprimé dans un entretien sans concessions accordé vendredi au Youtubeur Colinterview.

L'occasion pour l'attaquant d'Umm Salal au Qatar de revenir sur ses rapports compliqués avec la sélection algérienne, notamment depuis sa mise en retrait temporaire entre septembre 2021 et septembre 2022 qui avait fait couler beaucoup d'encre. Même s'il a été rappelé à deux reprises depuis, l'ancien Niçois estime que cet épisode continue de le poursuivre.

J’ai eu une discussion avec Belmadi (au moment de sa mise en retrait, ndlr) et elle ne s’était pas très bien finie. Je lui ai dit que ça allait être compliqué pour moi pour la CAN (2021) pour plusieurs raisons, dont mon père qui était hospitalisé. Je n'étais pas prêt à y aller. J’aime beaucoup Djamel et il m’a beaucoup apporté, mais c’était un peu tendu. Je comprends qu’il le prenne mal, mais à ce moment-là, je voulais être performant en club pour avoir plus de temps de jeu en sélection. Même aujourd’hui, c’est compliqué à chaque fois, parce que c’est moi. (…) Dès que ça tombe, ça tombe plus sur moi que sur un autre joueur“, a lâché le vainqueur de la CAN 2019.

“Tu vas en sélection et tu vois qu’il y a pas ce truc”

Pourtant, Delort l'assure, il a un véritable amour pour le maillot des Fennecs et n'hésite pas à donner de sa personne. “Tu vas en sélection et tu vois qu’il n'y a pas ce truc. J’ai toujours tout fait pour la sélection et pour les joueurs. Quand Belaïli a eu des problèmes à Brest, j’ai tout fait pour le faire signer à Ajaccio, alors que certains ont tout fait pour qu’il ait des problèmes à Brest justement“, a dit le Fennec.

Régulièrement remplaçant en sélection, le buteur de 32 ans admet que son parcours en équipe nationale est jalonné de nombreux doutes :“J’ai pensé à abandonner car il y a des choses qui ne me plaisent pas. J'avais l'impression que ça ne pouvait pas marcher avec la sélection. (…) Je n’avais pas beaucoup de temps de jeu ni les matchs qui faisaient que j’allais apporter plus que ça.” Face à la concurrence du nouvel arrivant Amine Gouiri, en plus d'Islam Slimani et de Baghdad Bounedjah, Delort est conscient que ses chances de le revoir prochainement sous le maillot vert sont minces malgré son début de saison prolifique au Qatar (5 buts et 4 passes décisives en 8 matchs).

Algérie : “parce que c’est moi…”, Delort vide son sac !
Romain Lantheaume

Je suis tombé amoureux du foot africain avec Didier Drogba, puis j’ai découvert Afrik-Foot en 2013. Depuis, nous ne nous sommes plus lâchés !