Algérie : Queiroz-FAF, qui a repoussé qui ?

Un temps annoncé comme favori pour prendre la succession de Djamel Belmadi au poste de sélectionneur de l'Algérie, Carlos Queiroz est rapidement tombé en disgrâce auprès de la Fédération algérienne de football (FAF). Depuis, les deux parties se renvoient la balle.

De son côté, l'entourage du technicien lusitanien a laissé filtré l'idée d'un refus de sa part avec pour motif une appréhension liée à la crise symbolisée par le départ de Belmadi, renseigne notamment La Gazette du Fennec. Mais en réalité, ce serait l’instance algérienne qui se serait rétractée dans le dossier, à en croire la presse algérienne.

Cette dernière apporte d’ailleurs des compléments, à l’instar de La Gazette du Fennec qui informe notamment que l’ex-sélectionneur du Qatar ne suscitait pas particulièrement de l’enthousiasme chez les Algériens. Ces derniers auraient en effet eu des échos peu rassurants sur ses méthodes de travail.

Queiroz et son supposé “début d’Alzheimer”

Le média poursuit en indexant le tempérament “un peu trop colérique” de l’entraineur, en citant “une personne” ayant travaillé sous sa coupole lors de son récent passage de 10 mois au Qatar où il a été limogé début décembre 2023. Mais au-delà de sa supposée irascibilité, ce serait les troubles de mémoire dont souffrirait l’homme de 70 ans (71 le 1er mars prochain) qui auraient causé la fin des pourparlers.

En effet la FAF serait devenue sceptique après avoir eu vent de ce qui est présenté par certaines sources comme “un début d’Alzheimer”, informe le journal sportif Compétition. Alors que le licenciement du Portugais par le Qatar à la veille de la Coupe d’Asie avait tendance à crédibiliser l’information lâchée une semaine plus tôt par la source algérienne, les agents de Queiroz auraient tenté de sauver la face de ce dernier en rompant les discussions avec la bande à Walid Sadi.

Sauf que, d'après le journaliste Yacine Benlamnouar, c'est exactement l'inverse ! La rumeur Alzheimer aurait été orchestrée par la FAF dans le seul but de sauver les apparences face au refus du Portugais. Si les deux parties se renvoient donc la balle, à grand renfort d’intox, l’hypothèse Queiroz est en tout cas d’ores et déjà enterrée. Désormais, les pistes les plus chaudes mènent à Vladimir Petkovic et surtout José Peseiro, deux techniciens avec qui un accord serait en bonne voie. À moins qu’un nouveau rebondissement ne relance le feuilleton…

Algérie : Queiroz-FAF, qui a repoussé qui ?
Prudence Ahanogbe