Lâché par ses joueurs, Milovan Rajevac a démissionné de son poste de sélectionneur de l’Algérie mardi moins de quatre mois après son arrivée. Outre le décevant match nul à domicile face au Cameroun (1-1) dimanche dans les éliminatoires du Mondial 2018, le Serbe se serait également attiré les foudres du vestiaire par ses méthodes de travail.

« On m’a fait comprendre que sur le dernier stage, les Fennecs avaient été extrêmement déçus de la qualité du travail de l’entraîneur et que c’était très faible par rapport aux standards qu’eux attendaient. Ils ont constaté qu’ils avaient fait beaucoup de travail de musculation, plus qu’une vraie mise en place tactique« , a expliqué le journaliste Nabil Djellit au micro de RFI. « Les joueurs se sont réunis, ils se sont dit qu’ils ne voulaient pas rater la Coupe du monde et ils ont un peu pris le pouvoir. Le coach a dû comprendre qu’il a été lâché par ses joueurs. » Alors qu’il réclamait la tête de certains joueurs au président de la Fédération, Mohamed Raouraoua, l’ancien sélectionneur du Ghana n’a pas obtenu gain de cause, préférant donc faire ses valises.