Alors que se profile la fin de saison en Ligue 1, la bataille pour le titre de champion de France fait rage entre le Paris Saint-Germain et Montpellier. Au cœur de cette lutte, un homme : Younès Belhanda. Flamboyant avec le MHSC, le milieu de terrain héraultais régale les amateurs du ballon rond dans l’Hexagone, a tel point que le rival parisien lui porte de plus en plus d’intérêt en vue du mercato d’été. Une destination qui ne serait pas pour déplaire l’international marocain, même si son président, Louis Nicollin, n’exclut pas de pouvoir le conserver une saison de plus.


Partira, partira pas ? Telle est la question que doivent se poser les supporters de Montpellier, voire la direction du club et même certains de ses coéquipiers, tant Younès Belhanda ne veut pas s’épancher sur son avenir, la saison pas encore terminée en Ligue 1 et le titre -peut-être bien plus pour longtemps- entre les mains du MHSC. Alors que le club héraultais ne possède que deux longueurs d’avance sur le Paris Saint-Germain en tête du classement, le milieu de terrain est au centre de toutes les attentions. Véritable virtuose sur le rectangle vert, avec en mémoire son somptueux retourné acrobatique face à Marseille (2-1), l’international marocain suscite les convoitises à l’étranger, mais aussi sur le territoire, où le club de la capitale l’aurait toujours à l’oeil.

Alors que son président Louis Nicollin, avait récemment déclaré qu’il ferait tout son possible pour garder sa « pépite » issue du centre de formation, le meneur de jeu a pour la première fois laissé clairement entendre qu’il pourrait quitter le cocon montpellierain pour… le PSG. D’ordinaire évasif sur ce sujet, Younès Belhanda a évoqué l’idée de rejoindre les Parisiens à l’issue de la saison, si les propriétaires du club lui affichaient clairement leur intérêt.

« On verra si les Qataris m’appellent« 

« Quand j’étais petit, j’avais des joueurs préférés mais pas d’équipe préférée, même si l’OM, c’était à côté de chez moi. Je n’avais pas cette engouement comme tous les Avignonnais. Au fil du temps, j’ai préféré Paris à Marseille, a confié le Lion de l’Atlas sur France 2, avant de poursuivre : « Paris, ça pourrait être un bon challenge, un bon tremplin Après, c’est vrai que Paris va devenir, dans les trois ou quatre ans, une des grosses équipes en Europe parce qu’ils ont les moyens, ils vont faire venir du monde. Mais je ne préfère pas m’avancer et me porter la poisse. J’entends que Paris parle de moi mais j’entends aussi d’autres clubs, donc je me dis que j’ai quand même du talent, ça me met moins de pression. On verra si les Qataris m’appellent. »

Une façon d’ouvrir la porte à un possible départ cet été, ou du moins faire comprendre que son avenir à moyen et long terme ne se trouve sûrement pas du côté de la Paillade. Le milieu de terrain estime même que c’est « du 60-40, par respect pour le club. » Mais même si son avenir semble commencer à se dessiner ailleurs qu’à Montpellier, Younès Belhanda ne compte pas partir sans un dernier cadeau au club qui lui a tout appris. « Maintenant, si on gagne tous les matches jusqu’à Lille (37e journée), on est champions. Mais depuis la défaite contre Lorient (1-2), on s’est dit qu’il ne fallait pas calculer, pour ne pas se prendre la tête« , a-t-il d’ailleurs conclu. Et à vrai dire, quoi de mieux que de qualifier son club formateur pour la Ligue des Champions et de décrocher le titre de champion de France avant de tirer sa révérence ? Assurément, il existe pire comme sortie.