Cameroun : l’heure est grave !

Après l’élimination des sélections A et Espoirs des prochaines Coupes d’Afrique des nations, les cadets camerounais, battus 4 buts à 1 dimanche par le Bénin lors des éliminatoires de la CAN de leur catégorie sont aussi sur le point de connaître le même sort, sauf retournement de situation. De ce fait, le drapeau camerounais risque d’être totalement absent lors des prochains rendez-vous africains. Pourtant ce n'est pas le talent qui manque, car plus que jamais les joueurs camerounais font les beaux jours de nombreux clubs européens. Que se passe t-il donc chez les Lions, jadis Indomptables ?


(De notre correspondant à Yaoundé)

Pendant que les seniors étaient privés pour la 2e édition d'affilée d’une participation à la grand messe du football africain par une modeste équipe du Cap-Vert, au même moment les U-17 se faisaient étriller par le Bénin (4-1), dans le cadre des éliminatoires de la CAN 2013 dans cette catégorie. Une défaite qui hypothèque sérieusement leur chances de qualification. Une semaine plus tôt, ce sont les Espoirs, battus 4 buts à 1 par la RD Congo, qui se faisaient chiper une place qualificative pour la CAN Junior 2013, qui aura lieu en Algérie. Pourtant, les poulains d’Engelberg Mbarga avaient pris une option pour la qualification en venant à bout de leur adversaire au match aller (2-0). L’on se souvient également qu’il y a quelques mois l’équipe Espoirs était privée elle aussi des Jeux Olympiques après avoir été éliminée par une équipe tanzanienne à sa portée.

Les détracteurs diront que, comme d'habitude, les principaux responsables font semblant de ne pas savoir d’où viennent les raisons de ces échecs collectifs répétés. Le football, devenu l’opium d’un peuple depuis les années 1990, est en pleine crise et les dirigeants préfèrent sacrifier les sélectionneurs plutôt que de se poser les bonnes questions. Pourtant, du côté des fans, il paraît assez évident que le football camerounais se meurt depuis des années. Une descente aux enfers diront certains. Comment le sport le plus populaire au pays des Lions Indomptables a-t-il pu en arriver là ?

Une descente continue depuis 2006

En juillet 1990, à la Coupe du monde en Italie, à l’issue d’un parcours mémorable, le Cameroun entrait dans l’histoire en étant la première nation africaine à atteindre les quarts de finale d’un Mondial. Cet exploit, l'équipe aller le rééditer sur le plan continental dix ans plus tard en remportant successivement les CAN 2000 et 2002 pour entrer dans le cercle très fermé des nations sportives les plus couronnées d’Afrique. Au classement FIFA, le Cameroun réalise une remontée considérable et se classe comme la 11e nation mondiale en novembre 2006. Depuis, la chute a été continuelle.

En 2010, à l’issue d’une Coupe du monde totalement manquée, l'équipe pointe au 37e rang mondial, mais la chute la plus spectaculaire reste de loin celle de septembre 2012, avec une 71e place au classement, loin derrière le bourreau capverdien, classé 51e. Dans les sélections de jeunes, le bilan n'est guère plus reluisant. La victoire des Espoirs en 1985 à une compétition continentale reste un lointain souvenir. Chez les U-17, après le sacre de 2003, plus aucun titre. Pire, les participations aux phases finales des grands rendez-vous continentaux sont devenues trop irrégulières.

S'inspirer du football féminin ?

Après ces échecs dans toutes les catégories, si les dirigeants ne prennent pas le temps de panser réellement les plaies et cesser de continuer de faire croire aux Camerounais qu’il suffit d’une qualification à un phase finale de la CAN ou de la Coupe du monde pour résoudre tous les problèmes, le Cameroun pourra encore rester dans l’impasse pendant un long moment. Après l'échec lors des éliminatoires de la CAN 1972, le président Ahidjo avait pris ses responsabilités en assainissant le football camerounais. Les résultats n’ont-ils pas été visibles dès le début des années 1980 ? Sans doute serait-il temps de s'inspirer à nouveau du passé pour donner un second souffle à une équipe en totale perte de vitesse.

Lueur d'espoir dans cette période de morosité : le football féminin. Dès le 28 octobre prochain, les Lionnes Indomptables, seule source de satisfaction du football camerounais ces dernières années, participeront au Championnat d’Afrique des nations. De nombreux déçus se tourneront alors vers elles. Il n'y a qu'à espérer que ce regain d’intérêt pourra enfin donner aux filles l'exposition médiatique à laquelle elles peuvent légitimement prétendre.

Avatar photo
Christophe Lele