Ancien sélectionneur du Cameroun, Paul Le Guen garde toujours en mémoire son expérience à la tête des Lions Indomptables. Si l’aventure s’est finalement mal terminée malgré une participation à la Coupe du monde, l’ancien entraîneur du PSG garde surtout les rapports qu’il entretenait avec la presse locale. Des rapports pas toujours cordiaux, à l’image de l’actuel sélectionneur, Volker Finke, souvent pris en grippe par les journalistes locaux. « Lorsqu’avant la Coupe du monde, j’annonce la qualification en huitième de finale comme objectif, les journalistes me prennent pour un petit joueur (sic)« , indique le technicien dans un entretien avec votrecoach.fr. « Il y avait souvent un décalage fort entre nous. Vraiment, j’ai vécu là-bas des conférences de presse d’une violence presque physique. Mais au plus profond de moi-même, je comprenais : les médias relayaient l’attente de la fédération, de tout un peuple.«