Face au Soudan (1-0), pour son entrée dans la compétition, la Côte d’Ivoire s’est contentée d’un but de Didier Drogba pour disposer d’une accrocheuse formation nord-africaine. Les Eléphants, trop brouillons, devront montrer plus pour rassurer leurs supporters et remporter la CAN 2012.


1-0. La Côte d’Ivoire a assuré l’essentiel pour son entrée dans la CAN 2012, face au Soudan, pourtant 150e nation mondiale au classement FIFA. Mais, avec les absences conjuguées du Cameroun, de l’Egypte et du Nigeria, les Eléphants, désormais grands favoris de la compétition, ont un statut à affirmer.

Pas sûr que la manière plaise à leurs supporters. Gervinho avait pourtant prévenu avant le match: « Le plus important, ce sont les trois points. Peu importe la manière, nous jouerons tout nos matchs pour les gagner. » L’attaquant d’Arsenal peut être content, les trois points sont dans la poche. Et les hommes de François Zahoui peuvent remercier Didier Drogba. Le capitaine de la Selefanto a jailli au bon moment, juste avant la mi-temps, pour placer sa tête au second poteau (39e). Les Ivoiriens s’en contenteront.

Merci Barry, merci Drogba

Car, si la domination de la Côte d’Ivoire est éclatante, les Eléphants ont constamment buté sur une équipe du Soudan très bien organisée défensivement et bien difficile à manoeuvrer. D’ailleurs, les Crocodiles du Nil au causé quelques frayeurs aux champions d’Afrique 1992. Bashir (42e), El Tahor (43e, 57e), Youssef (52e) ont mis Copa Barry a rude épreuve. Un temps considéré comme le point faible de la sélection orange, le portier de Beveren a montré qu’il pouvait en être un homme fort.

La supérioté technique et physique était pourtant évidente. Mais les Eléphants, sans briller ni réellement convaincre, ont joué tranquille. Trop tranquille. Au final, un match sérieux mais qui laissera de nombreuses interrogations sur la qualité véritable de cette équipe de Côte d’Ivoire. Du côté d’Abidjan, on veut y croire. Du côté de Malabo, on se pose encore des questions.