La Guinée équatoriale n’a pas raté son entrée: pour le match inaugural de la Coupe d’Afrique 2012, le pays co-organisateur a assuré l’essentiel en s’imposant face à la Libye (1-0) au terme d’un match intense. Le Nzalang Nacional peut remercier Jose Javier Balboa Osa, auteur du premier but de la CAN.


Guinée équatoriale et Libye s’étaient données rendez-vous à 19h30, au Stade de Bata, pour l’ouverture de la CAN 2012. Avec quelques minutes de retard réglementaires en Afrique, la compétitin a débuté. Et de quelle manière!

Avec cette opposition inédite en guise d’inauguration, la CAN 2012 a réussi son entrée. Reste à passer au plat de résistance avec ce Sénégal-Zambie qui fait déjà figure de finale dans le groupe A. Mais, en attendant de voir Lions et Boulets de Plomb en découdre, ce sont les Chevaliers de la Méditerrannée et le Nzalang qui ont fait le spectacle après une entame un peu compliquée. Il faut dire que personne ne voulait se louper. Une défaite dès le premier match aurait obligée le vaincu à faire chuter un des deux géants par la suite.

L’entrée d’Ekedo dynamite le Nzalang

La tâche dantesque reviendra aux visiteurs. Fort justement. A la pause, le score avait beau être nul et vierge, c’étaient bien les hommes de Gilson Paulo qui faisaient le jeu après des débuts laborieux où les déchets techniques et la fébrilité ont nuit à la fluidité du jeu. Mais cela n’a pas empêché Balbao de prendre sa chance de loin (15e), histoire de teste Abod. Meilleur gardien africain 2011, le portier libyen n’a pas franchement rassuré dans cette rencontre. Exemple sur cette frappe d’Edjogo-Owono (16e) qui heurte le poteau. Le ballon est renvoyé par le poteau droit… sur Palacios qui frappe. Abod s’est couché… Il s’est carrément endormi en laissant filer le ballon entre ses jambes. Bizarrement, le but est refusé pour un hors-jeu inexistant.

Malgré ce coup dur, les Libyens n’ont rien lâché. Kamissoko de la tête (23e) Edjogo-Ewono à mi-distance (30e), Doe (73e) ou Rodolfo Bodipo (75e) ont beau insister, rien ne changera. La Libye, meilleure défense des éliminatoires, a tenu bon derrière. Devant, malgré les tentatives de Al Khatrouchi (7e) et de Zuway (83e) de près ou d’Ihab (56e) de loin, les hommes de Marcos Paqueta ont surtout mis en exergue leur maladresse. Mais c’était sans compter sur Balboa qui, bien lancé par un Ekedo qui venait d’entrer en jeu, ajustait Abod d’une frappe en pleine lucarne qui envoyait tout un stade, toute une nation, sur la lune! La liesse est totale dans le stade de Bata, ravi de voir ses favoris s’imposer. Galvanisée et volontaire de bout en bout, la Guinée équatoriale s’offre une belle victoire pour fêter son entrée dans la compétition. Un succès historique pour le Nzalang. La Libye, vu ce qu’elle a montré, a de quoi s’inquiéter pour la suite de la compétition.